BÉNÉFICE DE PLUS DE 6,3 MILLIARDS FCFA EN 2018, UN RECORD SELON LE DG DU PORT

news-details
ECONOMIE

Le Port de Dakar, un champion de l’économie. L’assurance est de son Directeur général, Ababacar Sadikh Bèye qui a, ce jeudi, fait face à la presse pour dévoiler les résultats financiers du port et faire l’état des lieux après un an et demi de service à la tête de cette structure.

Ababacar Sadikh Bèye a ainsi révélé qu’en décembre 2018, le port a présenté un bilan satisfaisant, avec des bénéfices avant impôt à hauteur de 9 milliards de francs Cfa. De ce montant, il faut déduire la somme de 3 milliards F CFA payée en impôt au service de la fiscalité. « Ce qui veut dire qu’en résultat net, le port se retrouve avec 6 milliards 325 millions de francs Cfa. C’est un record jamais égalé dans toute l’histoire du port », s’est-t-il réjoui.

Cependant, il renseigne que ce résultat a été obtenu grâce à une combinaison d’optimisation des recettes mais aussi à une vision clairement définie. Laquelle a permis de resserrer les lignes sur un certain nombre de charges tout en maintenant les emplois. « Tous les emplois trouvés ici en septembre 2017 ont été maintenus, tous les contrats ont été renouvelés. Malgré toutes ces charges, nous avons pu améliorer les soldes de trésorerie qui étaient en négatifs de 7,8 milliards de francs Cfa.

L’encourt de la dette passe de 45 milliards à 35 milliards de francs Cfa

Aujourd’hui, le port à une trésorerie positive de 7,4 milliards de francs Cfa. Ce qui fait que c’est un effort de plus 15 milliards qu’on a pu obtenir », a expliqué M Bèye. Qui, dans le même ordre d’idées, informe que l’encourt de la dette a été drastiquement amélioré passant de 45 milliards à 35 milliards aujourd’hui. De même, il signale que des efforts ont été faits sur le plan de la congestion parce que cela faisait partie de ses priorités. « En septembre, nous connaissions des piques de congestion qui faisaient que les bateaux restaient en rade soit 15 jours ou 10 jours jusqu’à des piques de 30 aujourd’hui en moyenne les bateaux restent entre 3 ou 4 jours. Ce qui est une moyenne normale dans tous les ports du monde. Il nous reste à travailler sur la congestion au niveau terrestre pour les entrées et sorties dans le port. Et, avec la gestion des flux de camions dans le port, nous sommes en train de faire beaucoup d’efforts à ce niveau », a soutenu Ababacar Sadikh Bèye tout en indiquant qu’il va faire en sorte que tous les travailleurs soient rétribués en conséquence pour les efforts qui ont été fournis pour l’obtention de ces résultats.

1800 camions entrent quotidiennement au port

Ababacar Sadikh Bèye dit avoir l’ambition de rétablir les équilibres financiers de l’entreprise et il se met en perspective de sa vision de faire du port de Dakar le moteur de l’émergence. « C’est un pari extrêmement ambitieux mais qui est possible d’atteindre d’autant plus que le potentiel qui git dans ce port en a la compétence. Nous avons 1800 camions qui rentrent tous les jours dans le port mais sans planification. Il faut une efficacité opérationnelle pour permettre au port d’être beaucoup plus fluide », a argué le Dg du port.

Par ailleurs, le Directeur général du port a fait part des 7 projets phares sur lesquels il va entamer l’exécution dans les plus brefs délais. Il s’agit de la réalisation du port de Ndayane qui, selon lui, devrait démarrer incessamment avec un ambitieux programme d’investissement de 3 milliards de francs Cfa de dollars sur 3 phases. Egalement du démarrage de la phase pilote de la gestion des camions qui consistent à un système de rendez-vous qui fait qu’aucun camion ne rentre dans le port que sur rendez-vous. Ababacar Sadikh Bèye informe également qu’il va travailler sur le unique qui est une plateforme d’enlèvement électronique de la marchandise. Il renseigne également 5 milliards de francs Cfa ont été mis dans la voirie y compris la réfection de toutes les voies et les routes à l’intérieur du port. De même, M. Bèye rassure que le nouveau texte règlementaire du port sera bientôt disponible.

Vous pouvez réagir à cet article