BÉNIN : LA CEDEAO CONDAMNE LES VIOLENCES ET APPELLE AU CALME

news-details
AFRIQUE

Le processus électoral en cours, au Bénin, préoccupe la commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Alors que l’échéance doit permettre aux électeurs d’élire dimanche prochain, 11 avril 2021, "en toute quiétude et confiance", le prochain président pour un mandat de cinq ans, l’organisation ouest-africaine relève pour s’en désoler que depuis mardi dernier, 6 avril, "des marches annoncées pacifiques se sont transformées graduellement en des manifestations violentes dans plusieurs villes du pays avec des destructions de biens publics et privés, et des entraves à la libre circulation des personnes et des biens."

"La commission de la CEDEAO condamne ces violences préjudiciables à la paix, nécessaire pour la tenue d’une élection crédible, transparente et apaisée, au Bénin", lit-on dans son communiqué. Le document lance "un appel à toutes les parties prenantes au processus électoral de s’abstenir de tout recours à la violence et de privilégier les recours prévus par les dispositions légales en vigueur", dans le pays.

En lice pour un deuxième mandat, Patrice Talon est contesté. D’ailleurs, il part favori face à deux candidats quasiment inconnus et accusés d’être des ’’faire-valoir’’ par les grandes figures de l’opposition béninoise étant en exil ou condamnées à des peines d’inéligibilité.

Des débordements enregistrés hier jeudi, ont provoqué la mort d’une personne, selon des médias internationaux.

Vous pouvez réagir à cet article