image

BIENTÔT LE CLAP DE FIN AU SÉNÉGAL ?

image

Selon les informations du quotidien « Le Monde », Vincent Bolloré aurait chargé la banque d’affaires Morgan Stanley de sonder d’éventuels acquéreurs pour son pôle africain.

La branche Bolloré Africa Logistics possède des infrastructures dans plus de 20 pays sur le continent africain, notamment un réseau de 16 concessions portuaires, des entrepôts et des hubs routiers et ferroviaires. Elle serait valorisée entre 2 et 3 milliards d’euros, avance Le Monde.

Le groupe est d’ailleurs très présent au Sénégal.

L’état du Sénégal a, notamment, attribué au groupe Bolloré l’exploitation du terminal roulier du Port Autonome de Dakar. Le contrat de concession porte sur l’exploitation des opérations logistiques des navires rouliers, dits « RoRo », dédiés principalement au transport de véhicules. "Dakar Terminal emploie plus de 150 employés permanents et fait partie intégrante du Plan Senegal Emergent lancé par les autorités qui vise notamment à faire du port de Dakar le premier Port de la côte ouest africaine", renseigne le groupe.

Outre ses activités au Port, Bolloré Logistics au Sénégal a remporté un contrat de logistique de projets industriels pour le compte du client Optimum Tracker, en charge du montage de la centrale solaire de Sinthiou Mékhé d’une capacité énergétique de 29MW, située à environ 140 km de Dakar.

Le groupe détient également un contrat majeur avec la Compagnie Sénégalaise des Lubrifiants "CSL", filiale du Groupe Total, à la suite d’une consultation lancée par cette dernière pour l’organisation de la logistique de ses produits conditionnés, dans son usine de Blending, localisée à Dakar.

Toutefois, en réaction à ces rumeurs de retrait en Afrique, le Groupe Bolloré indique qu’il ne « commente pas les rumeurs de presse concernant ses activités de transport et de logistique », dans un communiqué.

Adama NDIAYE

16 octobre 2021