BLANCHIMENT DE CAPITAUX : LES SECTEURS À RISQUE

news-details
GIABA

« Les casinos et l’immobilier constituent les secteurs, entre autres, où l’on blanchit beaucoup d’argent ». La déclaration est faite par le président du Groupe Intergouvernemental d’Action contre le Blanchiment d’Argent en Afrique de l’Ouest (GIABA), Kimelabalou ABA, lors d’une rencontre de formation à Saly Portudal, sur les techniques de supervision et de contrôle des méthodes de blanchiment d’argent.

« Lorsque les personnes qui sont venues pour être formées seront bien outillées, au retour dans leur pays respectif, ils vont faire la restitution à toutes les parties prenantes engagées dans la lutte contre le blanchiment de capitaux, et le financement du terrorisme, a-t-il indiqué. Elles vont contribuer à la mise en place des réglementations efficaces, à la mise en place de toutes les mesures préventives dans le secteur financier. » Avant d’expliquer que « cela permettra une supervision efficace dans le cadre de cette lutte. Naturellement, la supervision permettra de découvrir les défaillances. Et si nécessaire, les superviseurs devront infliger des sanctions à l’encontre des parties déclarantes, des parties censées faire des déclarations d’opérations suspectes. »

Poursuivant, il ajoute qu’« il est attendu que l’atelier puisse contribuer à renforcer les secteurs financiers, et les entreprises désignées à savoir les casinos, les agents immobiliers, les avocats, les négociants en matière de pierre précieuse. Tous ces secteurs sont exposés au risque de blanchiment d’argent pour le financement du terrorisme. Et l’impact attendu, c’est que ces différentes parties déclarantes soient sensibilisées, et qu’elles jouent pleinement leur rôle, en faisant des déclarations d’opérations suspectes lorsqu’elles découvrent que leurs clients détiennent ou veulent utiliser des fonds à des fins de blanchiment de capitaux ».

Vous pouvez réagir à cet article