BOCOUM NE LÂCHE PAS SONKO-KARIM ET KHALIFA : « C’EST UNE COALITION DE PRESSION »

news-details
POLITIQUE

Une coalition de l’opposition qui comprend au moins le Pastef d’Ousmane Sonko, le Parti démocratique sénégalais de Karim Wade, le Parti de l’unité et du rassemblement (PUR) et Taxawu Dakar est en train de se former pour faire face à la mouvance présidentielle. Cependant, le leader du parti Agir avait posté un texte sur sa page Facebook pour dénoncer l’attitude de ses camarades de l’opposition. Lors d’un point de presse, ce lundi, Thierno Bocoum est encore revenu à la charge. C’est pour dire qu’il ne s’agit pas vraiment d’une grande coalition mais d’une entente politicienne. « Nous voulons indiquer aux populations sénégalaises que ce qu’on vous dit sur la large coalition de l’opposition pour démettre Macky Sall lors des locales ce n’est pas une large coalition de l’opposition. C’est un regroupement de quatre personnes qui veulent une coalition de pression. Ils oublient totalement que notre priorité au sein de l’opposition c’est d’avoir une large coalition et nous nous sommes battus pour ça », a-t-il dit.

Avant de révéler : « Sonko, Khalifa, Abdoul Mbaye et autres étaient venus ici et nous avions le même but qui était de réunir l’opposition autour d’une coalition. C’était facile de concilier tout cela et se fut fait. Parce qu’à un moment donné Khalifa Sall et Abdoul Mbaye pilotaient cette initiative de large coalition. Mais, on se lève un jour et on nous dit qu’il y a une large coalition de l’opposition et qu’elle va être mise en place dans les prochaines heures. Ça veut dire que c’est déjà ficelé et ça va juste être lancé. »

Suffisant donc pour Thierno Bocoum de dire qu’il s’est trouvé qu’à la place d’une coalition, ils ont établi « une entente politicienne » pour voir ensuite qui doit venir. « C’est pourquoi je vous ai dit que c’est une coalition contre l’opposition. Nous les appelons à faire preuve de dépassement et de ne pas être dans des démarches sectaires. Il y a des dessous dans cette affaire et qu’ils viennent nous expliquer pourquoi ils préfèrent être à quatre que d’être avec tout le monde. Nous leur demandons de jouer leur véritable rôle qui est de mobiliser l’opposition », a aussi dit le leader du parti Agir.

Vous pouvez réagir à cet article