BOUBACAR BORIS DIOP SUR LE TOIT DU MONDE DE LA LITTÉRATURE

news-details
Neustadt 2022

World Literature Today, le magazine de littérature et de culture internationales de l’Université de l’Oklahoma, a annoncé les finalistes du Prix international de littérature Neustadt 2022. Une liste de dix personnes parmi lesquelles figure le Sénégalais Boubacar Boris Diop.

Cette nomination constitue un pas vers la conquête du Prix Nobel de Littérature. Ce prix prestigieux qu’est le "Prix international de littérature Neustadt" reconnaît des contributions importantes à la littérature mondiale et a une histoire qui a précédé le prix Nobel de littérature. Boubacar Boris Diop est nominé pour son œuvre « Murambi, le livre des ossements ». Le lauréat sera annoncé le 26 octobre 2021.

Né à Dakar le 26 octobre 1946, Boubacar Boris Diop est un écrivain et intellectuel sénégalais. Auteur de plusieurs œuvres dont des romans, des essais, des pièces de théâtre, il a reçu des distinctions comme le "Grand prix littéraire d’Afrique noire" pour l’ensemble de son œuvre, en 2000. En 1997, il était lauréat du "Prix Tropiques".

Boubacar Boris Diop, également scénariste fut aussi le directeur du Matin de Dakar. Il a mené une riche carrière journalistique de la fin des années 1970 au début des années 1990. En 1998, il participe, avec dix autres écrivains africains, au projet d’écriture sur le génocide des Tutsi au Rwanda : « Rwanda : écrire par devoir de mémoire ». De cette expérience résulte son roman, "Murambi, le livre des ossements", paru en 2000, puis dans une version augmentée en 2011, roman qui lui a valu sa nomination au Prix "World Literature Today".

En Janvier 2020, Boubacar Boris Diop et une cinquantaine d’intellectuels publient une déclaration demandant l’ouverture d’un débat « populaire et inclusif » sur la réforme du Franc CFA en cours et rappelant que « la question de la monnaie est fondamentalement politique et que la réponse ne peut être principalement technique ». Depuis quelques années, il s’est lancé dans la revalorisation des langues nationales africaines en publiant des romans en wolof (Doomi Golo et Bàmmeelu Kocc Barma) et en créant une maison d’édition qui publie des textes écrits dans les parlers africains.

C’est dans la même veine qu’il crée le journal en ligne defuwaxu.com qui est le premier site d’informations générales consacré à la langue wolof. Ses textes sont lus et commentés dans les universités du monde entier par des chercheurs émérites comme Josias Sémujanga de l’Université de Montréal ou Serigne Seye de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar qui en est l’un de ses plus grands spécialistes.

World Literature Today a été fondée sous le nom de Books Abroad en 1927 par Roy Temple House (1878-1963), un spécialiste de la vision de l’Université d’Oklahoma. Dans une lettre au président de l’OU William Bennett Bizzell , le Dr House a expliqué sa vision fondatrice de Books Abroad et a demandé un budget de démarrage de 150 $ pour les deux premiers numéros. Avec une modestie caractéristique, il écrit : « Je sais que notre petit magazine sera utile dans divers milieux. Bon nombre d’entre nous, je pense, en viennent à penser fortement que l’Université de l’Oklahoma doit commencer à favoriser les contributions aux activités savantes et culturelles de la nation » (21 octobre 1926). Pendant les 22 années suivantes, le professeur House a nourri le journal naissant et, en 1948, il a étéapprouvé par ses collègues pour le prix Nobel de la paix pour son service en tant qu’« ambassadeur de la coopération internationale et de la bonne volonté ».

UN PRIX D’UNE ENVERGURE MONDIALE

Créée par la législature territoriale de l’Oklahoma en 1890, l’Université de l’Oklahoma est une université de recherche délivrant des doctorats au service des besoins éducatifs, culturels, économiques et de santé de l’État, de la région et de la nation.

Le prix Neustadt est le premier prix littéraire international de cette envergure à avoir son origine aux États-Unis et est l’un des très rares prix internationaux pour lesquels les poètes, les romanciers, les scénaristes et les dramaturges sont également éligibles. Depuis 2003, il est décerné tous les deux ans, en alternance avec le Prix NSK, à un écrivain vivant en reconnaissance d’une œuvre importante. Les lauréats précédents sont Czesław Miłosz, Gabriel García Márquez et Edwidge Danticat. Le lauréat du prix Neustadt 2020 était l’auteur albanais Ismail Kadare.

Dix jurés de Neustadt, tous des auteurs créatifs, ont choisi les finalistes ; ils se rencontreront pour choisir le gagnant au Neustadt Lit Fest 2021, prévu du 25 au 27 octobre. Le festival littéraire est organisé par World Literature Today et l’Université d’Oklahoma.

« Ce jury perpétue la tradition d’avoir des écrivains internationaux de premier plan qui évaluent le travail de leurs pairs », a déclaré Robert Con Davis-Undiano, directeur exécutif de World Literature Today , le sponsor du prix. « La littérature est un élément clé de notre capacité à reconnaître ce qui nous rend humains, et le travail du jury de Neustadt année après année est un hommage contemporain à la place critique que la littérature occupe dans nos vies. »

BOUBACAR BORIS DIOP, NOMMINÉ AVEC LE GHANÉEN KWAME DAWES

Les lauréats du prix Neustadt reçoivent 50 000 $ (environ 27,5 millions FCFA), une réplique en argent d’une plume d’aigle, un certificat de prix et un festival organisé en leur honneur. Une généreuse dotation de la famille Neustadt soutient le prix.

L’annonce du gagnant sera faite le mardi 26 octobre, lors du Neustadt Lit Fest, qui honore également cette année Cynthia Leitich Smith (Muscogee) , lauréate du prix NSK Neustadt 2021 pour la littérature pour enfants.

Les nominés (avec textes représentatifs notés) pour le prix Neustadt 2022, qui est doté d’une récompense en espèces de 50 000 $, sont les suivants :

  • Jean-Pierre Balpe (France), Herbier Anglais
  • Kwame Dawes (Ghana / Jamaïque), Prophètes
  • Natalie Diaz (États-Unis), Poème d’amour postcolonial
  • Boris Boubacar Diop (Sénégal), Murambi : Le livre des ossements
  • Michális Ganás (Grèce), A Greek Ballad : Selected Poems
  • Micheline Aharonian Marcom (États-Unis), Trois pommes tombées du ciel
  • Naomi Shihab Nye (États-Unis), The Tiny Journalist
  • Ludmilla Petrushevskaya (Russie), Il était une fois une femme qui a tenté de tuer le bébé de son voisin
  • Cristina Rivera Garza (Mexique), La crête iliaque
  • Reina María Rodríguez (Cuba), La photographie du jardin d’hiver

Vous pouvez réagir à cet article