BOYCOTT : BABACAR GAYE DÉFIE WADE

news-details
PRÉSIDENTIELLE 2019

Par la voix de son secrétaire général par ailleurs porte-parole du Parti démocratique sénégalais (PDS), Babacar Gaye, la fédération de Kaffrine du PDS se démarque de la position affichée par le Pape du Sopi de boycotter l’élection présidentielle du 24 février 2019. Contre cette option, le responsable libéral et ses camarades comptent bien voter. C’est ainsi que ses membres sont « appelés les uns à soutenir Idrissa Seck et les autres à voter pour Me Madické Niang. Ceci, « en fonction de leurs contraintes locales spécifiques ».

« Le refus d’un choix est un choix », campe Babacar Gaye dans sa déclaration publiée sur Facebook. Qui partant d’une citation de Cheikh Hamidou Kane selon laquelle, « ...Il n’y a pas une tête lucide entre deux termes d’un choix. Il y a une nature étrange, en détresse de n’être pas les deux », motive le choix de la fédération qu’il dirige en ces termes : « Les enjeux des prochaines élections locales constituent une raison supplémentaire de participer à cette élection pour ne pas hypothéquer les chances des leaders locaux qui souhaitent garder ou conquérir leur commune respective ». Etant donné, souligne-t-il, qu’un « boycott serait le moyen le plus sûr d’une part, de créer un boulevard à Macky Sall et de l’autre, laisser nos bases à la merci des autres candidats en lice et principalement des sergents recruteurs de BBY. »


Madické ou Idy

C’est pourquoi, « la Fédération de Kaffrine avait souhaité que le Parti, à la suite d’un débat démocratique à travers ses instances régulières et souveraines, soutînt l’un des candidats libéraux en lice : Idrissa Seck ou Madicke Niang. C’était le mandat que je devais défendre et on ne m’a pas donné l’opportunité de m’acquitter de cette tâche », explique Babacar Gaye. Qui martèle : « N’ayant pas été associé à aucun processus de décision relative à la position actuelle du Pds, j’ai décidé de mettre en oeuvre, après de larges concertations avec mes mandants et en toute responsabilité, la résolution issue de nos assises du 31 janvier 2019. »

Et, à l’en croire, « l’analyse approfondie de la campagne électorale et du contexte politique laisse apparaître le triptyque suivant : La Coalition ’’Idy2019’’ a le momentum. Elle peut battre Macky si le maximum de ceux qui veulent le changement se mobilise. Elle mérite un soutien ne serait-ce que par réalisme politique. La Coalition ’’Madicke2019’’, malgré un handicap congénital, a révélé un homme plein de qualités humaines et qui parle le langage du peuple. Qui plus est, je partage avec Madicke, les mêmes convictions politiques et une amitié réciproquement assumée. Par cohérence et par l’éthique, il eût été plus juste que je l’accompagnasse. »

« Ecartelé, dit-il, comme Samba Diallo, le héros de Cheikh Hamidou Kane dans "l’Aventure ambiguë" », Babacar Gaye préfère, in fine, « garder intacte la cohésion du groupe que constitue (leur) fédération (avec) la pluralité des choix (imposant) que les uns votent Idrissa Seck et les autres Madicke Niang en fonction de leurs contraintes locales spécifiques. »
Personnellement, confie-t-il, « je délivrerai mon choix dans le secret de l’isoloir avec Allah comme unique témoin. »

Vous pouvez réagir à cet article