BRAQUAGE À WAFA CASH ET AU CMS : LES ACCUSÉS ENCOURENT 20 ANS

news-details
CHAMBRE CRIMINELLE

Les accusés Seydou Kane, Cheikh Tidiane Diouf, Diégane Niane et Seydou Wade alias Seydou Ba ont comparu, ce mercredi, à la barre de la chambre criminelle de Dakar pour association de malfaiteurs, vol commis la nuit avec usage d’arme, de violence et port d’arme et blanchiment de capitaux. Si le jour du délibéré, prévu le 2 mars prochain, le juge suit le réquisitoire du parquet, ils vont écoper 20 ans de réclusion criminelle.

Les faits qui leurs sont reprochés remontent au 19 juin 2017. Ce jour-là, Seydou Kane, Cheikh Tidiane Diouf et Seydou Wade alias Seydou Ba, armés de pistolets, avaient attaqué en pleine journée l’agence Wafacash sise à la Gueule Tapée. Ici, ils avaient tenu en respect le vigile qu’ils avaient ligoté avant de le fermer dans les toilettes de ladite agence. En sus, ils ont maîtrisé la caissière avant de vider la caisse. Ils ont emporté deux millions de francs et le téléphone portable de la caissière avant de s’engouffrer dans un taxi conduit par Diégane Niane. En cours de route, ils se sont rendus compte que leur butin était insignifiant. Sur ce, ils ont décidé d’aller commettre un autre braquage. Ils ont pris la direction de Liberté 6. Leur cible était le Crédit mutuel du Sénégal. Ils ont adopté la même méthode. Et le montant volé était plus consistant. Car, ils avaient réussi à emporter avec eux la somme de 8 millions de francs CFA. Au sortir du Crédit Mutuel, ils ont croisé un charretier qui a voulu les poursuivre et ils ont tiré sur le cheval qui a été grièvement blessé.

Informés de ces deux braquages en une journée, les éléments de la Sûreté urbaine ont ouvert une enquête. Ils ont retracé et localisé le téléphone de la caissière chez un réparateur d’appareils électroménagers. Celui-ci interpellé, a expliqué que le téléphone lui a été remis par un monsieur de teint clair, de forte corpulence pour les décoder. Il ajoutait que le monsieur en question lui avait fait savoir que le téléphone appartenait à son épouse et que ce sont leurs enfants qui l’avaient bloqué. Le monsieur n’était personne d’autre que Cheikh Tidiane Diouf, alpagué quand il s’est présenté pour récupérer le téléphone.

Interrogé, il passe aux aveux et dénonce ses acolytes qui, tour à tour, ont été tous arrêtés. Devant la barre, ils ont tous nié les faits. Ils ont même soutenu qu’ils ne se connaissaient pas. Le chauffeur de taxi avait reconnu à l’enquête préliminaire avoir reçu sa part du butin et en avait acheté une moto. Devant le prétoire, il est revenu sur sa décision en déclarant n’avoir reçu que 10 mille francs CFA, prix de la course. Leurs dénégations n’ont pas convaincu le parquet qui a requis 20 ans de réclusion criminelle contre eux tous. Là où les avocats de la défense ont plaidé l’acquittement. Le charretier, partie civile dans cette affaire, a réclamé 5 millions de francs CFA pour la réparation du préjudice subi. L’affaire est mise en délibéré pour jugement qui sera rendu.

Vous pouvez réagir à cet article