BRAS DE FER À L’APS : BAMBA KASSÉ BANDE LES MUSCLES CONTRE THIERNO BIRAHIM FALL

news-details
MÉDIA

La tension est loin de s’estomper à l’Agence de presse sénégalaise (APS). Aujourd’hui, 3 plaintes planent au-dessus de la tête du Directeur général, Thierno Birahim Fall, dans le bras de fer l’opposant à des journalistes-membres de la rédaction de l’agence, dont Bamba Kassé qui n’est autre que le Secrétaire général du Syndicat des professionnels de l’information et de la communication sociale du Sénégal (SYNPICS). Ce dernier, entouré des membres du Bureau exécutif national (BEN) du SYNPICS, a fait face à la presse, ce lundi, 17 février. Bandant les muscles, il s’est dit victime de « diffamation, calomnie et entrave ».

« Tout est parti de la nomination d’un DAGE »

D’après lui, dans ce dossier, tout est parti de la « création de postes » avant même la promulgation par le chef de l’État, Macky Sall, de la loi portant création de la Société nationale - Agence de presse sénégalaise (SN-APS), en décembre 2019. « Ce qui se passe ici c’est très simple. Le 24 décembre, une note de service a été produite au sein de l’agence, portant nomination d’un Directeur de l’Administration générale et de l’Équipement (DAGE). Mêmes les ministres n’ont pas un pouvoir de nommer un DAGE. C’est une prérogative exclusivement réservée au président de la République. Voilà qu’un Directeur d’une entité qui d’ailleurs n’est qu’un établissement public de niveau 3, se permet, lui, d’en nommer », peste le journaliste.

Revenant à la charge, il souligne : « C’est le 27 décembre que l’Assemblée nationale a dissout l’APS actuelle, et créé la nouvelle APS. Cette note (relative aux nominations) date du 24 décembre 2019. Pourquoi se précipiter ? Il faut qu’elle soit promulguée et qu’un décret soit pris par le chef de l’Etat, (Macky Sall), pour désigner le Président du conseil d’administration (PCA). Et enfin, il faut que le président de la République prenne un décret pour nommer le Directeur. Cela peut être l’actuel, cela ne gêne pas du tout. Mais, vous n’attendez rien de tout ça et vous créez des postes (celui de Directeur des rédactions, de l’information, etc. ». Pour le Secrétaire général du SYNPICS, le « summum de la bêtise » a été atteint avec celui de DAGE ».

Une chose est sûre, « en tant que Secrétaire général du SYNPICS », Bamba Kassé indique « qu’il ne va pas laisser faire », dénonçant à travers ces nominations « une insulte aux lois et règlements de ce pays ».

Pour rappel, dans cette affaire, le Directeur général de l’APS a refusé de déférer à la convocation de la gendarmerie après que deux agents de la boîte, Fatou Diop et Ndèye Fatou Ndiaye, ont déposé une plainte pour coups et blessures volontaires.

Joint au téléphone par Emedia.sn, Me Khoureychi Bâ, son avocat, expliquait les raisons pour lesquelles son client n’avait pas déféré à la convocation des enquêteurs. « S’il n’a pas un privilège de juridiction, il bénéficie de certaines garanties. C’est une simple affaire de coups et blessures dont on suppose qu’elle s’est passée à l’extérieur du service dans le cadre de l’exercice de ses fonctions. On ne peut pas trimbaler un Directeur général sur simple convocation parce qu’un agent prétend qu’il a un certificat médical attestant des blessures de 5 jours. Ce qui est d’un grotesque extraordinaire ».

Dans son combat, Bamba Kassé a le soutien, entre autres organisations, de la Convention des jeunes reporters du Sénégal (CJRS), de l’Association des Editeurs et Professionnels de la Presse en Ligne (APPEL), et de la Section syndicale de la RTS.

Vous pouvez réagir à cet article