image

BROUILLE ENTRE LA PRÉSIDENCE ET LES AFFAIRES ÉTRANGÈRES

image

L’arrestation de 3 agents du ministère des Affaires étrangères impliqués dans un trafic présumé de passeports diplomatiques a installé un malaise au Palais. Et c’est le Président Macky Sall lui-même qui a demandé à ce que la Dic soit saisie pour mettre la lumière sur cette affaire. Qui aurait d’ailleurs commencé à provoquer une brouille entre les Affaires étrangères et la Présidence.

Cette histoire de passeports diplomatiques ressemble à un long voyage pour les enquêteurs eux-mêmes. Telle une toile, elle est connectée à différents endroits. Différents niveaux de l’Etat. Bés Bi Le Jour a appris, au-delà des agents du ministère des Affaires étrangères au nombre de 3, arrêtés par la Division des investigations criminelles (Dic), que c’est la présidence de la République qui a donné des instructions pour qu’une enquête soit diligentée. Ces personnes envoyées en prison avaient un modus operandi apparemment bien huilé. Elles usaient de noms de hautes personnalités de l’Etat tout comme ceux d’anciens ministres pour commettre leur forfait. Ce nouvel épisode dans la série de trafics présumés de passeports diplomatiques a mis le Palais dans tous ses états. Et le chef de l’Etat tient à ce que tout soit mis au clair. A priori, il était question de savoir s’il y avait un réseau en intelligence au sein du ministère des Affaires étrangères. Il semblerait que les 3 agents auraient agi « sans d’autres complicités ». Et pourtant, d’autres versions soutiennent que les mis en cause auraient menacé de déballer. Dans les couloirs du Palais aussi, l’atmosphère de suspicion a poussé le Président Macky Sall à faire diligenter « une enquête minutieuse et complète » sur ce dossier qui jette le discrédit sur l’Administration et les institutions. Une mauvaise image qui a déjà fait son chemin avec les volets impliquant Kilifeu et Simon de Y en a marre, mais aussi des deux députés de Benno bokk yaakaar.

Grincements sur la ligne

Dans les cercles restreints, l’on murmure de petits grincements sur la ligne entre la Place de l’Indépendance et l’Avenue Roume. Il y aurait des murmures dans les couloirs, et même par presse interposée, pour se laver de part et d’autre. Et, cette affaire scabreuse est prise très au sérieux au plus haut sommet, qu’une séance d’explications du gouvernement est envisagée dans les prochains jours. Mais le dossier étant déjà entre les mains des enquêteurs, l’Etat pourrait attendre que l’ensemble des éléments de la chaine soit identifié.
Les activistes réclament la libération de Kilifeu après la liberté provisoire de Simon. Mais aussi une suite à la levée de l’immunité parlementaire de Boubacar Biaye et de Mamadou Sall cités par le « cerveau » El Hadj Condé, placé sous mandat de dépôt. Avec ces passeports, c’est une affaire qui a décollé. Mais on personne ne sait où elle va atterrir.

Hamath KANE

15 décembre 2021


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article