BUHARI BRANDIT LES CONSÉQUENCES D’UNE ADOPTION UNILATÉRALE DE L’ECO

news-details
CEDEAO

Le président Muhammadu Buhari se dit préoccupé de la décision des pays francophones qui forment l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) de remplacer le franc CFA par l’Eco, adoptant ainsi la monnaie commune de la CEDEAO avant les autres membres. Intervenant en marge d’une réunion extraordinaire virtuelle de l’Autorité des chefs d’État et de gouvernement de la zone monétaire ouest-africaine (ZMAO), le chef d’Etat nigérian s’est félicité de l ‘adoption du régime de change (flexible selon la CEDEAO et non fixe), le nom et le modèle de la Banque centrale commune ainsi que le symbole.

Puis venant aux pays de la zone Franc, Buhari assène : “Je suis informé que les ministres des pays francophones ont approuvé un projet de loi pour réformer le franc CFA et la plupart, sinon tous les États membres de l’UEMOA, ont déjà adopté une législation dans leurs différents parlements à cet effet”, déclare-t-il, ignorant sans doute qu’aucun des 8 pays n’a encore soumis de législation concernant la monnaie commune. Derrière le plaidoyer de Buhari, il y a surtout la question des critères de convergence, talon d’Achille du Nigeria et des pays de la ZMAO, à l’origine d’une demande de report datant du mois de février dernier.

Et le président nigérian, transposant un problème technique sur le champ politique, d’asséner avec adresse : “il est inquiétant que des gens avec lesquels nous souhaitons adhérer dans un groupement commun prennent des mesures importantes sans nous faire confiance pour en discuter”. Toutefois, Buhari a assuré les dirigeants de la CEDEAO de l’engagement du Nigeria envers la monnaie unique et les a exhortés à examiner les recommandations faites par le Conseil de convergence pour adopter une position commune afin de protéger la zone monétaire ouest-africaine des pièges d’une union douteuse.

« Nous ne pouvons pas nous ridiculiser en entrant dans un syndicat pour se désintégrer, potentiellement au plus tôt lorsque nous y entrons”, ajoute encore Buhari appelant à une union dotée des fondamentaux appropriés, qui garantissent la crédibilité, la durabilité et la prospérité et la souveraineté régionales globales. Face à la prudence exprimée par le Nigeria et par les pays de la ZMAO, les dirigeants de la CEDEAO ont décidé de convoquer prochainement une réunion élargie du bloc régional sur la question de la monnaie unique.

Vous pouvez réagir à cet article