Bakary Sambe : « C’est un problème de gouvernance sécuritaire »

news-details
MASSACRE AU MALI

Face aux commentaires évoquant un « début de génocide qui pourrait se généraliser » au Mali, Bakary Samb appelle à la vigilance. Car, pour lui : « Il s’agit avant tout d’un problème de gouvernance sécuritaire qu’il faut résoudre à la base. »

Le directeur du Timbuktu Institute signale que les communautés en question ont vécu ensemble depuis des siècles sans haine.
Pour avoir visité la zone, il signale que les habitants parlent plutôt de problèmes de pâturages, d’accès à l’eau, de foncier.

Pour le professeur à l’Université Gaston-Berger de Saint-Louis, il s’agit de problèmes structurels, de gouvernance sécuritaire et d’absence de l’État qu’il faut résoudre.

« J’appelle les intellectuels et chercheurs à ne pas tomber dans le piège de la théorisation d’une guerre ethnique qui se profilerait », souligne-t-il. Cela n’a aucun sens du point de vue aussi bien historique que culturel.

Bakary Sambe cite en exemple le cousinage à plaisanterie, une belle coexistence entre les communautés ethniques africaines. Il préconise la vigilance. Car, « il y va de la stabilité de l’Afrique de l’ouest » en jeu.

Vous pouvez réagir à cet article