Bataille de l’eau : Serigne Mbaye Thiam clôt le débat

news-details
AFFERMAGE À SUEZ

A Saint-Louis pour visiter les services dépendants de son ministère, Serigne Mbaye Thiam, le ministre de l’Eau et de l’Assainissement est sorti de son mutisme sur la bataille de l’eau surtout avec l’attribution controversée du contrat d’affermage à Suez au détriment de la SDE. A son niveau, l’autorité de tutelle, qui assume, promet de travailler pour que « Suez s’installe dans le service public de l’eau potable ».

« Le dossier a été transmis à la Direction centrale des marchés publics (DCMP) logée au ministère des Finances qui a fait un avis de non objection, a-t-il réagi, repris par L’As. L’attribution a été faite et notifiée à toutes les entreprises (Veolia, SDE et Suez). Elle (l’attribution) a été régulière et transparente. La meilleure offre a été choisie. »

Catégorique, Serigne Mbaye Thiam de trancher : « C’est une décision du gouvernement, assumée par le ministère de l’Eau et de l’Assainissement. Je suis chargé de mettre en œuvre cette décision et je vais m’atteler pour que Suez s’installe. »

Poursuivant, il soutient que « cela ne sert à rien de s’épancher dans la presse pour jeter l’opprobre sur l’Etat du Sénégal. La SDE a la latitude de faire recours devant la Cour suprême. Le Sénégal est un pays organisé en termes de procédure d’attribution de marché et régi par un code de marché. Les trois (3) entreprises ont soumissionné. La commission technique des offres composée de quinze (15) personnes a siégé pour étudier le dossier et le donner à la commission des marchés. Je pense tout est clair. »

Dans sa décision rendue dernièrement, déboutant la SDE, l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP) a confirmé l’attribution du marché au groupe français SUEZ, en motivant, entre autres arguments, que le plaignant, la SDE, n’a pas donné les preuves de ses accusations notamment que « le groupe SUEZ a pu disposer d’informations liées au projet KMS3, lui procurant un avantage sur ses concurrents dans la procédure d’attribution du contrat d’affermage ».

Vous pouvez réagir à cet article