CALENDRIER ÉLECTORAL : « LES MAIRES NE SONT PLUS LÉGITIMES »

news-details
JURY DU DIMANCHE

Député de la majorité présidentielle, Théodore Chérif Monteil ne cache pas sa désolation relative au non-respect du calendrier électoral. Il a expliqué, devant le Jury du dimanche, les raisons pour lesquelles les élections locales ont du mal à se tenir. Selon lui, tout est du dialogue national. Puisque, relève-t-il pour le déplorer, à chaque fois que les politiciens veulent empêcher aux citoyens de s’exprimer à travers des élections, ils créent un dialogue. « Quand on crée un dialogue, on remet en cause certains aspects, soit du fichier électoral, soit du code électoral. Donc, on recule. C’est comme si, la classe politique, dans son ensemble, (pouvoir comme opposition) s’entendait pour ne pas aller aux élections. C’est le sentiment que j’ai eu pendant ces deux dernières années », souligne-t-il. Et dénote la violation, à plusieurs reprises, de la loi. Mieux, il signale, pour alerter, que les maires ne sont plus légitimes. « Aujourd’hui, tous les actes qu’ils posent sont illégitimes. On a confisqué la souveraineté des citoyens et on l’a mise entre des mains illégitimes. Le calendrier électoral, il faut le respecter ».

« CONCENTRER TOUS LES POUVOIRS COMPORTE BEAUCOUP DE RISQUES »

S’agissant du couplage des élections, il indique qu’il est possible, techniquement, de coupler des législatives et une présidentielle. « Maintenant, coupler l’élection présidentielle et les élections législatives dans le souci d’économiser de l’argent pour moi ce n’est pas respecter les sénégalais », estime-t-il. Pour lui, les mandats des députés prennent fin en 2022, le directeur opérationnel de l’Union citoyen « Bunt Bii » dit être contre toute prolongation du mandat des députés. « Ce mandat ne leur appartient pas. On le leur a confié pour une durée de 5 ans. Au bout de 5 ans, ils doivent le rendre. Ils ne peuvent pas au bout de 5 ans se réunir et dire nous allons prolonger notre mandat. Les Sénégalais doivent refuser que des représentants illégitimes puissent continuer à siéger. Le peuple est souverain. Le peuple sénégalais a toujours été fort, déterminé. S’il continue à être fort et déterminé personne ne pourra confisquer le pouvoir », déclare-t-il.

Par ailleurs, relève le député, le Sénégal est dans un régime présidentiel fort. « Mon opinion, en tant qu’Homme politique, que le présidentialisme tel que celui du Sénégal n’est pas la meilleure des choses. Parce que, concentrer tous les pouvoirs entre les mains d’une seule personne comporte beaucoup de risques », indique-t-il. Et d’ajouter « Si mon opinion devait compter sur des réformes institutionnelles, je pense qu’il y aurait moins de pouvoirs entre les mains du président de la République et un peu plus de pouvoirs au sein du parlement. »

Vous pouvez réagir à cet article