CARICATURE DU PROPHÈTE : LA COLÈRE DE AMADOU LAMINE SALL

news-details
LR DU TEMPS

Le professeur Amadou Lamine Sall est en colère. Les caricatures du prophète Mouhamed (PSL) et la réaction du président français Emmanuel Macron qui s’en est suivi l’ont mis dans tous ses états et, il ne s’en cache pas. Invité à l’émission Lr du temps, il a sabré la France. Pour lui, la France n’est plus ce beau pays, ce pays de lumière qu’il était. Elle a beaucoup changé et, il pense qu’il faut que la France se redresse. « Il faut qu’elle sache que la liberté a des limites. La liberté d’expression ce n’est le blasphème, ce n’est pas l’insulte, ce n’est pas l’irrespect. Or, ce à quoi nous assistons c’est de l’irrespect. Le monde musulman ne peut pas se taire parce qu’il n’est pas possible que la France qui est devenue si petite se permet de laisser des irresponsables s’attaquer de cette manière à cette grande étoile (Ndlr Mouhamed (Psl) autour de laquelle des milliards de fidèles croient », a déclaré M. Sall. Très remonté et outré par ce qui se passe au pays de Marianne, il ajoute : « Charlie Hebdo, c’est la décadence de la France. Donc, laissez ce journal qui est en train d’assassiner les français ».

S’agissant de la dernière sortie du président français Emmanuel Macron sur la chaîne Al Jazeera pour s’expliquer sur la tournure des choses, Amadou Lamine Sall pense que ce dernier a raté le rendez-vous. Ce, parce qu’il n’a pas dit ce qu’il fallait dire. « Il doit prendre ses responsabilités et demander à Charlie Hebdo d’arrêter puisque ces caricatures sont bêtes et méchantes », dit-il.

Même si ces caricatures ont suscité beaucoup de réaction dans plusieurs pays du monde surtout ceux musulmans, force est de constater les dirigeants africains ont opté pour le silence assourdissant. Et au Sénégal, le Gouvernement ne s’est pas prononcé sur l’affaire.

Mais, à en croire Siré Sy, le Président du Think Tank Africa WorldWide Group, ce silence peut se comprendre. C’est un silence qui, dit-il, prouve une fois de plus notre dépendance. Le président de la République, rappelle-t-il, est très mal placé pour condamner la France puisque dans le cadre du Plan d’Actions Prioritaires Ajusté et Accéléré (PAP2A) beaucoup d’investissements sont attendus de la France. « Ce pays a un poids négligeable dans notre économie et pour ne pas perturber les intérêts du Sénégal Macky Sall a, peut-être, préféré garder le silence », renseigne-t-il. Ainsi, il indique que la leçon que les Etats africains devraient tirer de cette affaire c’est de travailler pour avoir une forme d’indépendance économique.

Vous pouvez réagir à cet article