image

CE QU’EN PENSE TANOR THIENDELLA FALL, DGE

image

La 10e assemblée générale du Réseau francophone des compétences électorales a servi de tribune au Directeur général des élections (DGE) pour recadrer l’opposition. Il estime par conséquent que les leaders de l’opposition sont libres de signer le Bon à tirer, parce que selon lui, le conseil constitutionnel a déjà clos ce débat.

Interpellé sur le processus électoral décrié par l’opposition, Tanor Thiendella Sidy Fall rétorque : « Je n’ai pas de commentaire à faire. Je suis organisateur d’élections, ce qui importe pour moi, c’est l’application de la règle de droit, l’application stricte des règles contenues dans le code électoral. Il n’y a que cela qui m’intéresse ». Se voulant plus explicite, il ajoute : « Je n’ai pas de commentaire à faire sur ce qui se fait dans l’espace politique ». Ce qui m’importe moi, c’est d’« appliquer rigoureusement les dispositions du code électoral en vigueur ».

S’agissant du refus de Yewi de signer le Bon à tirer (Bat) de leur bulletin de vote sous prétexte que la photo de leur leader n’y figure pas, le Directeur général des élections (Dge) estime que c’est le régime de la liberté. « Ils sont libres. Chaque mandataire de liste de candidat est libre de signer ou de ne pas signer le bon à tirer qui leur est présenté ». D’après M. Fall, le Bat signifie tout simplement qu’ils sont d’accord avec le bulletin qu’ils ont déjà déposé lors de la déclaration de candidature. Il n’y a que cela. « C’est pour confirmer que ce qu’ils avaient déposé ici comme spécimen de bulletin a été bien respecté dans les couleurs et symboles », a-t-il précisé.

En étayant ses propos, le Dge explique que « le contenu fondamental d’un bulletin de vote c’est les symboles et les couleurs ». Et sur cette question d’ailleurs, « le conseil constitutionnel s’est déjà prononcé pour dire que les couleurs et les symboles des bulletins constituent des éléments de référence pour permettre à l’électeur de bien identifier et de bien faire son choix », a renchéri M. Fall. Voilà les mots que je voulais dire sur la question pour dire que « nous ce qui nous importe c’est l’application rigoureuse des dispositions du code électoral qui encadre la matière », a-t-il réitéré.

Suzanne SY

15 juin 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article