image

CE QU’IL FAUT POUR REDRESSER CETTE SOCIÉTÉ NATIONALE (THIERNO LÔ)

image

La Poste traverse une mauvaise passe financière. Annonçant des mesures de sortie de crise, le ministre de la Communication, des Télécommunications et de l’Économie numérique, Moussa Bocar Thiam, a insisté sur la masse salariale, à presque 1,2 milliard F CFA, par mois, parmi les difficultés, contre 4 milliards F CFA de recettes, par an. Invité du JDD, Thierno Lô, est d’avis que c’est « la clientèle politique qui gangrène » la boîte.

Il explique : « La Poste, son mal a commencé depuis le Parti socialiste (PS), le président Wade, jusqu’à maintenant. Quand nous sommes devant des situations, il faut qu’on les analyse froidement. Parce que si on met de la pommade et qu’on ne touche pas le fond du problème, nous ne réglerons jamais les problèmes. Si vous allez au niveau de la Poste, c’est la masse salariale qui pose un véritable problème. Parce que les gens qui sont passés là-bas, très franchement, ont pris des clientèles politiques, qui gangrènent l’évolution de la Poste. Je pense que tout Directeur qui viendra à la Poste, qui va laisser cette clientèle politique sur place, aura des problèmes. Parce que la Poste connait déjà des problèmes avec les nouvelles technologies. Le courrier, l’achat de timbres, tout ça, avec les nouvelles technologies, où les gens envoient des mails, et font tout à travers les réseaux sociaux. Donc, les missions de la Poste ont été bousculées. Mais, la Poste a toujours une vocation quelle peut servir mais à condition de faire l’assainissement qu’il faut, laisser les professionnels et travailler avec le strict minimum conforme aux nouvelles exigences du monde. Je ne sais pas ce qu’ils vont faire ? Mais, il faut réduire le personnel. Tous ceux qui sont au niveau de la Poste et qui n’ont pas de fonction réelle, et qui prennent leur argent à la fin de chaque mois, il faut que l’État les prenne pour les recaser ailleurs ou leur trouver de structure de financement pour qu’ils aillent faire d’autres activités. »

Emporté par la crise, Abdoulaye Bibi Baldé a été remplacé par Mohamadou Diaité à la tête de la Poste. L’inspecteur des Impôts et des Domaines « devra prendre ses responsabilités », selon Thierno Lô.

La Royal Mail, les services postaux britanniques, ne survivra pas sans la vague de suppressions de postes annoncée vendredi par l’entreprise, a affirmé son directeur général, Simon Thompson.

Sur le plan de redressement, au Sénégal, Moussa Bocar Thiam a déjà fait savoir que l’État misera sur les redéploiements de personnel et les départs négociés, mais pas les licenciements.

Dié BA
Augustin MANDANG (Photo)

17 octobre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article