image

CE QUE PENSENT DES EXPERTS DU MAEP DU CAS SÉNÉGAL

image

Le Sénégal doit servir d’exemple aux pays africains dans le domaine des ressources extractives. C’est la conclusion faite par des experts du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (Maep) qui viennent de terminer une mission à Dakar dans le cadre d’une réunion préparatoire de l’évaluation ciblée sur la bonne gouvernance des ressources minières au Sénégal

Le Sénégal est en train de préparer son évaluation ciblée sur les ressources minières. Il est aidé dans ces travaux par le Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (Maep). Une mission de ce programme de l’Union africaine a séjourné à Dakar du 29 au 31 mars pour mettre sur pied les bases de la rédaction du futur rapport sur les industries extractives. La réunion a été organisée par l’Etat du Sénégal qui a manifesté l’intérêt d’être évalué dans le domaine de sa gestion des ressources extractives. En tant que futur exploitant de pétrole et de gaz, le Sénégal ambitionne d’être un exemple dans le domaine de la bonne gouvernance dans le secteur minier. « La finalité de ce rapport de la gouvernance dans les industries extractives, c’est essentiellement d’avoir la meilleure gouvernance dans ce secteur. Et que les ressources minières du Sénégal profitent le mieux aux populations. Dans notre constitution, il est dit que les ressources naturelles appartiennent au peuple Sénégalais. Nous allons faire en sorte d’éviter ce que l’on appelle dans beaucoup de pays africains ‘’la malédiction du pétrole’’ », a renseigné la Vice-présidente de la Commission nationale pour le Maep au Sénégal, Merina Elisabeth Dieng. Selon elle, le code pétrolier, l’intégration du Sénégal à l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (Itie), sont autant d’outils qui montrent que le Sénégal est un bel exemple dans la gouvernance minière. « On a entendu des personnalités qui sont présentes ici dire qu’ils attendent beaucoup du rapport du Sénégal pour en faire une bonne pratique dans les autres pays africains où les ressources naturelles sont une malédiction », a-t-elle indiqué.
Ses propos sont confirmés par Dr Honoré Murunda du Maep. Expert africain dans cet atelier, il révèle « que le Sénégal veut se situer en peloton de têtes des pays en matière de bonne gouvernance minière ». « Il faut faire en sorte que les Sénégalais puissent tirer profit de leurs ressources minières. Dans beaucoup de pays d’Afrique, des minerais existent, mais les populations n’en profitent pas. Il y a des compagnies étrangères qui viennent exploiter ces ressources n’importe comment, détruisent l’environnement et, à la fin, l’argent n’entre pas dans les caisses de l’État. Il faut que le Sénégal tienne bon. Et là, nous savons qu’il veut devenir une locomotive en matière de gestion des ressources minières. S’il réussit, d’autres pays africains vont suivre. Le Sénégal a déjà montré la voie en matière de gouvernance électorale. Donc, dans le domaine de la gouvernance des industries extractives, beaucoup de pays pourront le suivre », a déclaré l’Expert africain.

À signaler que les travaux de ce rapport sur la gouvernance des ressources minières vont se dérouler au mois d’août 2022. Une fois rédigé, il sera remis au président de la République, Macky Sall, qui devrait le présenter à ses homologues africains avant la fin de son mandat à la tête de l’Union africaine.

Par Babacar FALL

3 avril 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article