image

CE QUE REPRÉSENTENT SES RETOMBÉES DANS LE PIB DES PAYS CÔTIERS

image

Le littoral ouest africain est menacé alors que ses retombées sont estimées à 56% du Pib. C’est pourquoi les acteurs et décideurs prônent pour une santé des océans.

Le Sénégal accueille la 10e édition du Forum régional côtier et marin en Afrique l’Ouest. La préservation écologique de ce littoral marin étant une cause commune aux huit pays réunis au sein du Partenariat régional pour la conservation de la zone côtière et marine (Prcm). C’est la raison pour laquelle ils s’engagent « ensemble pour un littoral ouest africain sain et productif ». Cela dans la mesure où les retombées des zones marines et côtières ouest africaines représentent pour les pays côtiers 56% du Produit intérieur brut (Pib).

Prévue du 29 mars au 1er avril 2022 à Saly, au Sénégal, la dixième édition du forum régional est consacrée au thème « La santé des océans, un enjeu de développement durable des pays du littoral ouest africain ». Selon le communiqué du Prcm, les institutions nationales et intergouvernementales, les institutions scientifiques, les Ong nationales et internationales, les organisations socioprofessionnelles, le secteur privé : pêche, tourisme, hydrocarbures et les partenaires techniques et financiers discuteront de l’évolution de la zone côtière et marine, notamment les défis communs et émergeants.

« 40 % des océans gravement affectés »
« Devant l’urgence des enjeux liés à l’environnement marin, l’engagement des générations futures sera pris en compte. Ainsi, le Prcm mettra en relation les bailleurs et les jeunes porteurs de projets innovants pour leur ouvrir des opportunités de financement. Ceux-ci feront une présentation du canevas de leur projet devant un jury qui les validera selon leur pertinence », indique le document. Qui souligne qu’en dépit des nombreux bénéfices, « 40 % des océans sont gravement affectés » par les activités humaines. Cette situation est particulièrement préoccupante en Afrique de l’Ouest.

La surexploitation des ressources halieutiques, les rejets de déchets plastiques, notamment la pollution chimique, l’introduction d’espèces envahissantes, la destruction des habitats et l’acidification des océans sont autant de menaces qui affectent la santé des océans et dégradent les services qu’ils procurent aux populations.

A cela s’ajoutent, selon le texte, les effets du changement climatique tels que l’érosion côtière et les inondations, deux fléaux dont les conséquences sont aggravées par l’urbanisation non planifiée. Face à ces défis, la communauté internationale s’est engagée, à travers l’Objectif de développement durable (Odd) 14 sur les océans, à « conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines ». Sur le plan régional, la politique de gestion intégrée des océans dans la région de la Convention d’Abidjan, en cours de développement, dégage une vision fondée sur « Un océan propre et sain au bénéfice des générations présentes et futures de la région ».

Suzanne SY

28 mars 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article