image

" CE QUE RISQUENT MACKY ET LES MAIRES DE L’OPPOSITION QUI L’ONT REJOINT »

image

Au lendemain des élections locales, des maires qui ont été élus sous la bannière de la coalition Yewwi Askan Wi ont rejoint la mouvance présidentielle. Cependant, Cheikh Omar Sy, ancien parlementaire et membre de la nouvelle coalition « Alternative pour une Assemblée de rupture » pense que cette stratégie du président Macky Sall de récupérer ces maires n’est pas bonne.

« Si j’étais le président de la République je ne le ferai pas. Pour moi moralement et éthiquement ce n’est pas bien. Parce que quand ces gens-là sont allés demander les populations leurs voix, ils l’ont fait sous la bannière de la coalition Yewwi Askan Wi. Et c’est cette bannière-là qui leur a permis d’être des maires. Les gens ont voté pour eux parce qu’ils ont fait campagne pour une coalition bien définie. Aujourd’hui si vous récupérez ces maires vous ne récupérez pas les voix des sénégalais. Au contraire vous serez sanctionné parce que ces maires ont vendangé les voix des sénégalais qui leur ont fait confiance », a-t-il dit. Avant d’insister : « je suis sûr qu’ils vont être sanctionnés. Je sais qu’il y’a une énorme frustration de la part des sénégalais qui ont voté pour ces maires ». Toutefois, l’invité du jury du Dimanche pense que c’est dans l’intérêt de Macky de travailler avec tous les maires au grand bonheur des populations.

Par ailleurs, il a été interpellé sur une éventuelle cohabitation après les élections législatives du 31 juillet 2022. Cheikh Omar Sy le pense et il travaille aussi sur cela. « Nous voulons faire en sorte que les sénégalais sortent en masse pour voter. Parce que pour qu’il y est cohabitation, il faut que les sénégalais s’identifient à ces deux pôles de l’opposition ( Yewwi Askan Wi ou la coalition « Alternative pour une Assemblée de rupture »). Si on a un bon nombre de députés, il y’a la possibilité d’avoir une cohabitation », pense-t-il.

Par ailleurs, indique Cheikh Omar Sy, même si ce nombre n’est pas atteint, il leur faut un bon nombre de députés pour apporter un changement réel au niveau de l’Assemblée. « Parce que j’ai été député et j’ai vu comment les députés peuvent peser sur la balance sur les débats mais aussi sur les actions du gouvernement », a-t-il conclu l’invité du jury du Dimanche sur la 90.3 Iradio.

Cheikh Moussa SARR
Abdoulaye SYLLA (Photo)

1er mai 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article