CE QUI POSE PROBLÈME DANS LA DÉFINITION DE LA FUTURE MONNAIE COMMUNE

news-details
CEDEAO

Dr Idrissa Yaya Diandy, économiste à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), liste les problématiques dans la définition de la future monnaie commune de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

« Les enjeux de la création d’une monnaie unique de la CEDEAO se situent à la convergence, décrypte-t-il, interrogé par Le Soleil. Parce que, les économies que nous avons dans l’espace ne convergent pas. Et pour qu’une zone monétaire soit optimale, il faut qu’elle soit capable de compenser les coûts liés à l’intégration d’une zone monétaire optimale. Pour cela, il faut que dans cette zone, les facteurs de production et les travailleurs soient parfaitement mobiles. Il faut aussi que les pays tirent profit de leur proximité et d’élimination des risques de change en développement des échanges. »

Cependant, poursuit-il, « aujourd’hui, ce que l’on constate, c’est que les pays de la CEDEAO, commercent très peu entre eux, avec un taux de commerce intra-régional estimé entre 12 et 15%. Ce qui est problématique. Il faudra donc renforcer le tissu industriel et diversifier la production pour mieux profiter d’une monnaie unique grâce aux échanges. On voit aussi, dans la zone, que les disparités de revenus ne se sont pas résolues et il y a d’énormes différences entre les structures économiques et des différences entre les structures économiques et les niveaux de développement des pays. Tout cela pose un problème dans la définition de la future monnaie commune.

L’économiste se prononçait au cours d’un séminaire de formation organisé par la Fondation Friedrich Ebert Stiftung, au cours duquel les avantages et contraintes du franc CFA ont été passés au crible. Le constat est fait, sur ce point, que « si les pays de l’UEMOA ont une stabilité monétaire » en optant pour un régime de change fixe, ils abandonnent « une grande partie de leur souveraineté monétaire » avec les pays qui n’ont plus « la latitude de manipuler leur politique monétaire en toute autonomie ».

La création d’une monnaie unique, agitée depuis les années 2000 , a connu de multiples reports depuis lors.

Vous pouvez réagir à cet article