CES ASTUCES DE CANDIDATS INDEPENDANTS POUR GERER LA CAUTION

news-details
15 millions de F CFA pour les Locales

Le montant de la caution aux élections départementales d’une part et aux élections municipales d’autre part est fixé à 15 millions F CFA pour chaque type d’élection. Les deux font 30 millions de F CFA. Cette décision, prise par le ministère de l’Intérieur est jugée unilatérale par les candidats indépendants qui se positionnent pour ces joutes électorales. Ils estiment que ce montant est trop élevé.

Et si les autorités visent à les décourager, c’est peine perdue. Ces candidatures sont en train de s’organiser pour supporter le montant de ladite caution. « Nous avons tous contesté le montant de la caution. Mais nous avons plusieurs stratégies pour y faire face. Et nous avons encore du temps pour s’organiser avant la fin des dépôts », nous a fait savoir Bachir Fofana. Candidat indépendant, déclaré à la mairie de Vélingara, l’ancien journaliste dit avoir mis en place un regroupement d’une vingtaine de candidatures indépendantes.

L’objectif de ce regroupement est de trouver des stratégies pour atténuer le montant de la caution chez les candidats indépendants qui sont membres. « Nous avons mis en branle 3 stratégies pour arriver à nos objectifs.

La première, c’est de faire du fundraising. C’est-à-dire collecter des fonds pour faire la caution. Sauf que pour ça, on pourrait se heurter à la rigueur de la loi. L’exemple de Pastef avec les financements extérieurs est encore là. Si nous devons faire du fundraising on sera obligé de cibler des nationaux.

La 2e stratégie consiste à aller en coalition avec des partis politiques qui ont leur récépissé. Et la 3e, celle que nous privilégions le plus, c’est le regroupement des indépendants pour se cotiser et payer la caution », a fait savoir M. Fofana.

Candidat indépendant au niveau de la mairie de Pire (département de Tivaouane), Bassirou Kane abonde dans le même sens. Ingénieur en Génie Civil, M. Kane est à la tête du mouvement And Suxali Pire. Ne militant dans aucun parti politique, il compte rejoindre le groupe des candidats indépendants.

« L’idée est de partir tous sous la bannière d’un seul récépissé. Cela nous permettra de se partager la caution, mais surtout de mobiliser ensemble des fonds nous permettant de battre campagne surtout en ce qui concerne la logistique. Le récépissé que nous allons utiliser pourra être celui d’un des membres du collectif, d’un parti ou d’une coalition de parti.

Ce qui est important dans ce regroupement est que chaque entité va garder son autonomie et ne s’identifiera qu’à son mouvement. Si un candidat de notre regroupement est élu, il ne sera maire d’aucun parti. Il va rester indépendant », a expliqué M. Kane. Pour lui, « les élections locales n’ont pas une dimension nationale.
Donc, pour offrir à nos communes les meilleures équipes municipales, il faut s’ouvrir à tous les fils de chaque localité.

Gagner une collectivité ne nécessite pas forcément d’appartenir à un parti politique qu’il soit de l’opposition ou du pouvoir. La preuve, il y a des maires de la mouvance présidentielle, même si Macky Sall descendait sur leur localité pour battre campagne, ils seront battus. C’est le cas de notre maire à Pire.

Par contre, il y a des maires de BBY qui seront forcément réélus du fait de leur bilan satisfaisant. De la même manière, il y a des maires de l’opposition qui ont fait des bilans satisfaisants à telle enseigne qu’ils sont les favoris dans leur localité ».
Mais qu’est-ce qu’en dit la loi sur cette forme de caution ? L’expert en décentralisation, Amadou Sène Niang, estime que rien ne l’interdit.

Pour lui, cette initiative des candidatures indépendantes est une bonne démarche. « La participation de citoyens à la base est à saluer. Jusqu’ici, cette participation était réservée aux partis et aux coalitions. Aujourd’hui, elle a été élargie au niveau des indépendants. Pour la caution, ils ont la possibilité au niveau national, régional départemental de fédérer leurs forces de se cotiser, de donner un nom à leur entité et avoir ensemble une caution.

S’ils le font, la liste aura un seul nom et ils vont déposer leur caution sous ce nom. Cela n’est pas interdit par la loi. Ces entités indépendantes obéissent à deux conditions : elles doivent être parrainées par 2% de l’électorat de la commune. Elles doivent être dans une entité indépendante et exclusive ou s’ils ont été dans des partis qu’ils ont quitté, au moins, depuis un an », a-t-il fait savoir.

Vous pouvez réagir à cet article