image

CES RISQUES QU’ENCOURENT LES ENFANTS OBÈSES

image

L’obésité est devenue un problème de santé publique. Les enfants obèses courent le risque d’avoir des complications respiratoires. Mais également du diabète de type 2 sans compter le manque d’estime de soi les moqueries entre autres.

Le professeur Guelaye Sall a fait une présentation samedi sur la question à l’occasion d’une séance académique organisée par l’Académie nationale des sciences et technologiques (Ants). Dans sa présentation intitulée obésité de l’enfant, une problématique émergente, le professeur titulaire de pédiatrie et de la nutrition infantile a indiqué qu’en 2019, « 38 millions d’enfants de moins de 5 ans étaient en surpoids ou obèses ( OMS). Selon des documents de la FAO de 2018, les pays d’Afrique de l’Ouest les plus concernés par l’obésité infantile sont la Mauritanie et le Cap-Vert. À l’inverse, la proportion d’obèses
est beaucoup plus faible au Burkina Faso et au Niger ».

Dans son analyse, l’universitaire renseigne que « la télévision/ Ecrans y joue rôle important, l’inactivité, le grignotage, le marketing alimentaire c’est-à-dire la publicité, l’activité physique réduite, la sédentarité en plus de la dispense d’éducation physique à l’école ».

En listant toujours les causes, le pédiatre avance qu’il y a aussi les aspects qualitatifs : alimentation pauvre en fibres, peu de légumes et fruits, aliments ultra transformés, mauvais comportement alimentaire.

Une situation qui ne demeure pas sans conséquences selon le spécialiste de l’enfant. Il y a : « l’apnée du sommeil/ Asthme, les complications Cutanées : Intertrigo, vergetures etc…En plus des complications métaboliques ; le diabète de type 2, l’hypercholestérolémie, la baisse de l’immunité : COVID 19.

Les principales complications seraient selon le sachant : le retentissement de nature cutanée : les vergetures ; digestives : stéatose hépatique ; endocriniennes : puberté avancée, troubles des règles et esthétiques : Adipogynécomastie, Verge enfouie. Il y a aussi les genoux valgum. Et d’ordre épiphysiolyse de la tête fémorale (Radiologie) ; Adipogynécomastie.

À coté de ceux-là, il y a le retentissement psychosocial marqué par l’insatisfaction envers l’image corporelle provenant de l’écart entre l’image de soi et l’internalisation d’une image corporelle reçue… et idéalisée.
Cette insatisfaction peut influer sur l’humeur et les
pratiques alimentaires …

Il y aussi la mauvaise estime de soi /Manque de confiance/ Anxiété ; les moqueries/ Méchancetés ; la dépression.
sous ce rapport, le Magueye Sall recommande une alimentation riche en fibres, de mener une activité physique régulière entre autres.

Suzanne SY

31 octobre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article