CHAMBRE CRIMINELLE : 3 AFFAIRES ATTENDUES DONT CELLE DU MEURTRE DE BINETA CAMARA

news-details
TAMBACOUNDA

Le procès du meurtre de Bineta Camara s’ouvre ce mercredi, 24 juin. Pape Alioune Fall, le présumé meurtrier de la jeune fille de 23 ans, sera jugé devant la Chambre criminelle de Tambacounda. Le coronavirus avait reporté le démarrage du procès initialement fixé au mois de mars dernier.


RETOUR SUR LES FAITS

La mort de Bineta Camara, atrocement tuée en plein mois de ramadan, avait plongé tout le pays dans l’émoi et la consternation. L’indignation, accentuée par une série de meurtres constatée à l’époque, conduira au vote de la loi criminalisant le viol.

Les faits se sont déroulés le samedi 18 mai 2019 au quartier Saré Guilèle de la commune de Tambacounda, vers 22 heures.
Ce soir-là, les éléments du commissariat urbain de Tambacounda sont informés d’un cas de meurtre commis dans un domicile sis audit quartier. Ils se déplacent sur les lieux où ils découvrent l’horreur.

Les premiers indices montrent que la victime a été étranglée par un foulard, trouvé serré autour de son cou. Les investigations menées sur la scène de crime et autour de l’environnement immédiat amènent le Commissaire Baldé à conduire le gardien de la maison, au siège du commissariat où il est placé en garde-à-vue.

Une fois sur les lieux, à leur tour, les éléments de la Police technique et scientifique de Kaolack effectuent des prélèvements sur la scène de crime. Puis, l’exploitation des résultats des réquisitions faites conduit les limiers chez le nommé Pape Alioune FALL, né en 1986, à Tambacounda, menuisier, domicilié au quartier Saré Guilèle. Les égratignures trouvées sur sa poitrine et sur ses parties intimes ainsi que la découverte d’un caleçon tacheté de sang qui, selon les analyses de la police scientifique s’est révélé être celui de la victime, l’ont forcé à avouer son acte.

Le jugement des affaires du PUR et du meurtre du Commandant Tamsir Sané
En autres procès attendus, celui de l’affaire des treize éléments du Parti de l’unité et du travail (PUR) arrêtés lors de la dernière campagne présidentielle, à la suite du meurtre du tailleur Ibrahima Diop. L’autre concerne le meurtre du commandant de la Brigade de Koumpentoum, Tamsir Sané, par des assaillants lors d’une attaque. Le commandant Tamsir Sané, à la tête d’une équipe, alerté de l’irruption d’une bande de malfaiteurs au bureau de poste Finances de Koumpentoum, le 26 juillet 2019, était intervenu. Il sera mortellement atteint lors d’échanges de tirs.

Vous pouvez réagir à cet article