CHEIKH DIOP : « NOUS DEVONS INTÉGRER LES ÉLÉMENTS PERTURBATEURS POUR STABILISER LE PAYS »

news-details
JURY DU DIMANCHE

Invité du Jury du dimanche, Cheikh Diop, secrétaire général de la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal - Forces du changement (CNTS-FC) a évoqué la remise des cahiers de doléances, devenue un rituel. Il faudrait, de l’avis de M. Diop, que l’opinion comprenne le sens de la remise des cahiers de doléances. « On ne remet pas des cahiers de revendications, on remet des cahiers de doléances. Il y a une petite nuance. La revendication se défend débout, ferme et maintenant, si c’est nécessaire. Les cahiers de doléances regroupent les demandes sociales y compris les revendications », a-t-il d’emblée précisé. Avant d’ajouter : « Nous devons intégrer les éléments perturbateurs dans notre dialogue pour stabiliser le pays parce que toutes les conditions sont réunies pour avoir un dialogue social qui cadre avec nos ambitions économiques de l’émergence ».

Cependant, Cheikh Diop indique qu’un cahier de doléances constitue, pour un Gouvernement responsable, une banque de données pour l’élaboration des politiques publiques qui doit absorber la demande sociale. Les cahiers de doléances de l’année dernière, poursuit-il, ont été revus, discutés et échangés. Cela ne veut pas dire que toutes les revendications ont été satisfaites mais, certaines parmi elles ont été prises en compte. En guise d’exemple, il évoque la convention nationale interprofessionnelle qui a été revue. Donc, soutient-il : « nous arrivons à régler des revendications mais pour autant la situation du dialogue social pose problème. Le passif social recouvre beaucoup de secteurs. C’est ce qu’on appelle les accords signés et qui ne sont pas respectés. Nous pensons que la prochaine conférence sociale doit avoir comme thème le passif social ».

Vous pouvez réagir à cet article