CIRCULATION DE FAUX BILLETS : « LES AUTORITÉS MONÉTAIRES DOIVENT PRENDRE LEURS RESPONSABILITÉS »

news-details
OUMAR BA, ÉCONOMISTE

Une nouvelle affaire de circulation de faux billets alimente les débats. Le député Seydina Fall alias Bougazelli a été appréhendé, hier jeudi, 14 novembre, par la gendarmerie dans une affaire de faux billets estimés, selon le journal Enquête, à 50 millions d’euros soit environ 32 milliards de F CFA.

L’Economiste, Oumar Ba, décortique le phénomène sur iRadio. « La circulation de faux billets est très dangereuse. Parce qu’une économie est caractérisée par les biens et services qui circulent dans un pays. Ces biens et services sont matérialisés sur le plan purement financier par la masse monétaire, c’est à dire, les billets de banque et les pièces de monnaie », souligne Ba. Qui ajoute : « si on apporte à l’intérieur de l’économie de nouveaux billets qui ne correspondent pas à la réalité de ceux qui circulent, on va gonfler la masse monétaire. Et si c’est le cas, nous allons vers des tensions inflationnistes. C’est-à-dire qu’il y a beaucoup plus de monnaies en circulation par rapport aux biens et services qui se trouvent dans le pays ».

L’enseignant à la retraite à l’Ucad appelle les autorités à prendre leurs responsabilités. « Lorsqu’il y a une circulation de faux billets, cela veut dire que les autorités monétaires, c’est-à-dire, la Banque centrale et le ministère des Finances doivent prendre des dispositions, en dehors des dispositions sur le plan judiciaire, pour bien surveiller cette partie de masse monétaire frauduleuse », estime-t-il.

Vous pouvez réagir à cet article