image

CLEAN DANS LE RAPPORT SUR LA GESTION DU FONDS FORCE COVID-19

image

RAPPEL DU CONTEXTE DE LA CRISE DE COVID-19 AU SENEGAL
En décembre 2019, le monde a été surpris brutalement par l’apparition et la progression de la SARScov2, partie de la Chine. Ce virus appelé COVID19, dont le monde connaissait scientifiquement la famille du virus, s’est manifesté par sa rapidité d’expansion, pour devenir une pandémie, n’épargnant aucun continent.
Le 30 Janvier 2020, l’OMS déclare l’épidémie « Urgence de santé publique et de portée internationale » et le 11 Mars 2020, l’OMS reconnait « le caractère pandémique de la maladie. »
Le Sénégal, sous la houlette du Ministre Abdoulaye Diouf SARR, a très tôt mis en place un dispositif préventif, ce qui a permis au Sénégal de connaitre son premier cas de covid-19 le 2 mars 2020. Dès lors, le dispositif de riposte a été mis en place avec un certain nombre de mesures de restrictions et de mesures barrières. Le système de gestion de la pandémie dans notre pays a hissé le Sénégal au deuxième rang mondial.
Il faut rappeler que pendant cette période, à l’instar de beaucoup de pays, le Sénégal avait fermé ses frontières terrestres, maritimes et aériennes afin de protéger ses populations. Ces mesures ont entrainé l’arrêt des voyages, l’arrêts des importations, des interdictions même de circuler entre régions au Sénégal et l’instauration de l’état d’urgence assorti d’un couvre-feu.
Aussi, Son Excellence, Monsieur le Président de la République, a décidé de la mise en place d’un fonds de lutte contre la pandémie appelé FONDS FORCE COVID-19 avec la contribution de toutes les forces vives de la nation sénégalaise : Etat du Sénégal, autorités religieuses, coutumières, bailleurs de fonds, entreprises, particuliers, etc.
RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES SUR LA GESTION DU FONDS FORCE COVID-19
C’est la gestion de ces fonds qui a fait l’objet d’un rapport de la cour des comptes du 19 août 2022 et qui a été grandement partagée à travers l’Internet et les réseaux sociaux en cette fin d’année 2022. Depuis la sortie du rapport, toutes les voies se lèvent et certaines personnes malintentionnées, veulent profiter de ce rapport pour mettre le discrédit sur l’Honorable Premier Vice-Président de l’Assemblée Nationale du Sénégal, en la personne de Monsieur Abdoulaye Diouf SARR.
Pourtant dans ce rapport de 180 pages, comportant 85 recommandations faites à l’endroit des différentes entités, dont 24 d’entre elles sont adressées au Ministre de la Santé et de l’Action Sociale. Sur ces 24 recommandations, aucune faute n’est incriminée au Ministre, encore moins de fraude ou de malversations. J’invite les populations sénégalaises à prendre le temps de lire le rapport qui est disponible sur les réseaux sociaux. Je reprends ici, les recommandations adressées au Ministre de la Santé et de l’Action Sociale telles qu’indiquées dans le rapport (reprises telles qu’elles avec les fautes) :
Recommandation N° 07 :
La Cour recommande au Ministre de la Santé et de l’Action sociale de réadapter le cadre organisationnel de la gestion des situations de crise sanitaire, pour éviter à l’avenir, les conflits d’attributions.
Recommandation N° 08 :
La Cour invite le Ministre de la Santé et de l’Action sociale de :
- élargir le Comité national de Gestion des Epidémies à d’autres ministères stratégiques ;
- prendre les dispositions pour consacrer, par décret, la création du Comité national de Gestion des Epidémies (CNGE) ;
- veiller au fonctionnement régulier du Comité scientifique dans le cadre de la gestion des épidémies.
Recommandation N° 9
La Cour invite le Ministre de la Santé et de l’Action sociale à veiller, à l’avenir, à l’harmonisation, à la mise à jour des plans de contingence au niveau régional et à leur financement.
Recommandation N° 10
La Cour recommande au Ministre de la Santé et de l’Action sociale de veiller à un meilleur pilotage des interventions des laboratoires.
Recommandation N° 11
La Cour recommande au Ministère de la Santé et de l’Action sociale de prendre les mesures nécessaires pour délivrer dans les délais appropriés les agréments aux laboratoires d’analyse biomédicale en cas de crise.
Recommandation N° 12
La Cour recommande au Ministère de la Santé et de l’Action sociale d’inviter le Directeur des Laboratoires à mettre un terme à la délivrance des autorisations d’importation des réactifs
Recommandation N° 13
La Cour demande au Ministre de la Santé et de l’Action sociale de veiller à une gestion des ressources financières du Laboratoire national de Service public conforme à la réglementation.
Recommandation N° 14
La Cour invite le Ministre de la Santé et de l’Action sociale à encadrer les interventions des laboratoires privés à travers un accord qui définit les rôles et responsabilités ainsi que les obligations de chaque partie
Recommandation N° 15
La Cour recommande au Ministre de la Santé et de l’Action Sociale de renforcer les régions et les structures sanitaires de la région de Dakar en lits de réanimation.
Recommandation N° 16
La Cour recommande au Ministre de la Santé et de l’Action Sociale de renforcer les régions en équipements médicaux essentiels.
Recommandation N° 17
La Cour recommande au Ministre de la Santé et de l’Action sociale de veiller à une répartition équitable des médicaments et consommables prenant en compte les besoins réels des structures sanitaires.
Recommandation N° 18
La Cour invite le Ministre de la Santé et de l’Action sociale à prendre les mesures appropriées pour améliorer la qualité et la cohérence des données épidémiologiques
Recommandation N° 19
La Cour recommande au Ministre de la Santé et de l’Action sociale de veiller, à l’avenir, au respect des plannings d’exécution des opérations conformément aux conventions de financement.
Recommandation N° 27
La Cour recommande au Ministre de la Santé et de l’Action sociale de définir des critères de répartition des ressources basés notamment sur le caractère prioritaire des districts sanitaires.
Recommandation N° 28
La Cour recommande au Ministre de la Santé et de l’Action sociale de prendre les dispositions appropriées pour une meilleure traçabilité des financements reçus des partenaires au niveau des régions médicales et districts sanitaires.
Recommandation N° 29
La Cour recommande au : -Ministre de la Santé et de l’Action sociale d’exiger aux responsables des structures bénéficiaires de fonds dans le cadre de la lutte contre la pandémie COVID-19 de procéder, sans délai, à la justification intégrale des avances de fonds reçues ;
Recommandation N° 32
La Cour demande au Ministre de la Santé et de l’Action sociale, en relation avec le Ministre des Finances et du Budget, de veiller, à l’avenir, à fixer par arrêté interministériel les modalités de paiement des primes.
Recommandation N° 34
La Cour demande au Ministre de la Santé et de l’Action sociale de sociale de mettre un terme à l’octroi de primes ayant le même objet.
Recommandation N° 35
La Cour demande au Ministre de la Santé et de l’Action sociale de sociale de mettre un terme à l’octroi de primes à des agents dits membres de CTE inexistants.
Recommandation N° 36
La Cour demande au Ministre de la Santé et de l’Action sociale de faire jouer la concurrence dans l’acquisition des EPI pour préserver les deniers de l’Etat.
Recommandation N° 41
La Cour demande au Ministre de la Santé et de l’Action sociale d’inviter la Commission des marchés dudit Ministère à privilégier les entreprises ayant une expérience dans le domaine de la fourniture des équipements de protection individuelle EPI.
Recommandation N° 42
La Cour demande au Ministre de la Santé et de l’Action sociale de veiller au respect des délais de livraison et l’application de pénalités en cas de retards.
Recommandation N° 46
La Cour demande au Ministre de la Santé et de l’Action sociale d’inviter :
- les responsables de structures sanitaires à se conformer à la réglementation relative à l’ouverture de comptes dans les banques commerciales ;
- le Directeur de l’Administration générale et de l’Equipement de mettre un terme au transfert de ressources publiques à des structures sanitaires dont l’ouverture des comptes bancaires n’a pas été autorisée par le Ministre des Finances et du Budget.
Recommandation N° 47
La Cour demande au Ministre de la Santé et de l’Action sociale d’inviter les responsables des directions centrales et des structures sanitaires à cesser les retraits suivis de paiement en espèces pour des montants supérieurs à ceux fixés par la réglementation.

COMMENTAIRES SUR LES RECOMMANDATIONS : ADS UN HOMME CLEAN
Vous noterez que ces recommandations visent toutes à améliorer la gestion du dispositif au cas où une autre crise de ce genre surviendrait au Sénégal. Pour toutes les personnes à qui il est reproché des soupçons de fautes, de malversations ou de fraude, la Cour des Comptes a recommandé l’ouverture d’une information judiciaire. Dans le rapport, aucune information judiciaire n’est demandée à l’endroit du Ministre de la Santé et de l’Action Sociale.
Donc aujourd’hui, le Ministre de la Santé Sociale et de l’Action Sociale mérite aujourd’hui les félicitations de tout le peuple sénégalais pour la bonne gestion aussi bien du système de santé que pour la bonne gouvernance.
Après la SNHLM, la SATTAR, la Maison des Elus Locaux, les Chambres de Commerce et de Kaolack, le COUD, les Ministères du Tourisme et des Collectivités Locales, ce rapport de la Cour des Comptes sur la gestion du FONDS FORCE COVID-19 vient – s’il en était encore besoin – la gestion exemplaire du stratégique Ministère de la Santé et de l’Action Sociale (MSAS) par ADS dans un contexte de crise sanitaire, sociale, économique et politique sans précédent. Cela confirme les excellentes qualités manageriales et les valeurs d’éthique et déontologie qui ont toujours prévalu dans la gouvernance du Président ADS.
Pourquoi un acharnement contre ADS ?
C’est une question qu’on peut légitimement se poser si on lit le rapport et si on entend le traitement médiatique et politique de ce rapport, notamment en citant nommément ADS.
Les détracteurs de ADS continuent leur mission sournoise de vouloir le mettre en mal avec Son Excellence Monsieur le Président de la République et contre le peuple sénégalais, mais qu’ils sachent que c’est peine perdue car au final, il va encore sortir grand de ce rapport qui va mettre au grand jour sa probité morale et intellectuelle.
FELICITATIONS MONSIEUR LE MINISTRE
ADS UN JOUR, ADS TOUJOURS

Moussa SENE
Responsable Politique YOFF

26 décembre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article