image

COMMENT L’AFRIQUE ORGANISE LE RETOUR DE SES RESSORTISSANTS

image

Un premier groupe de dix-sept étudiants ghanéens évacués d’Ukraine est arrivé cette semaine, à Accra, la capitale du Ghana, après avoir été rapatriés par les autorités du pays. « J’avais peur pour ma vie donc j’ai décidé de partir. Certaines villes étaient bombardées près de chez moi et j’ai parlé avec mes parents, qui m’ont demandé de partir. Cela n’a pas été facile mais Dieu merci, nous avons réussi à partir et nous sommes enfin arrivés au Ghana », a expliqué Priscilla Adjai, reprise par Libération, après son retour au bercail.

L’Ukraine accueillait quelque 16 mille étudiants africains, d’après la source.
Mardi, le secrétaire d’État aux Sénégalais de l’extérieur, Moïse Sarr, a indiqué que plus de vingt ressortissants sénégalais avaient afflué vers la Pologne et qu’ils étaient pris en charge par l’ambassade de Varsovie. Il a également affirmé qu’une douzaine d’ambassades africaines ont « mutualisé leurs moyens et leurs efforts » pour améliorer l’accompagnement des ressortissants africains se trouvant en Ukraine.

Surpris par les bombes, qui les ont réveillés en sursaut ce fameux jeudi 24 février, le jeune joueur franco-algérien du Dynamo Kiev, Noa Nehar, et son coéquipier sénégalais, Samba Diallo, sont parvenus à s’extraire de ce bourbier, a appris Emedia.
Le Nigéria a affirmé se préparer à évacuer plus de 1 500 de ses ressortissants ayant trouvé refuge en Pologne, en Hongrie et en Roumanie, sur environ huit mille ressortissants recensés en Ukraine dont 5 mille 600 étudiants, d’après son ministre des Affaires étrangères, Geoffrey Onyeama.

L’UA « particulièrement préoccupée » concernant les Africains qui « se verraient refuser le droit de traverser la frontière hors de l’Ukraine. »
Suivant de près l’évolution de la situation en Ukraine, Macky Sall, président en exercice de l’UA, et le président de la commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat, ont exprimé, lundi, « leur préoccupation » par rapport aux informations selon lesquelles des citoyens africains se trouvant du côté ukrainien de la frontière se verraient refuser le droit de traverser la frontière pour se mettre en sécurité. Les deux présidents rappellent que « toute personne a le droit de franchir les frontières internationales pendant ce conflit et à ce titre devraient bénéficier des mêmes droits de traverser la frontière pour se mettre à l’abri du conflit en Ukraine, quelle que sa nationalité ou son identité raciale.

Les rapports selon lesquels les Africains sont l’objet d’un traitement différent inacceptable seraient choquants et racistes et violeraient le droit international, ont-ils insisté, tout en exhortant « tous les pays à respecter le droit international » et « à faire preuve de la même empathie et du même soutien envers toutes les personnes qui fuient la guerre. »

Pour finir, Macky Sall et Moussa Faki, ont rappelé que « toute personne a le droit de franchir les frontières pendant un conflit et devait bénéficier des mêmes droits quelle que soit sa nationalité ou son identité raciale ».

Die BA

3 mars 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article