COMMENT LE PSG RÉUSSIT À CONTOURNER LE FAIR-PLAY FINANCIER POUR S’OFFRIR MESSI

news-details
FOOT EUROPÉEN

Nombreux sont ceux qui se demandent comment le Paris Saint-Germain peut financièrement recruter Lionel Messi, alors que le club de la capitale n’a pas non plus des comptes dans une situation idéale. Mais du côté du Qatar, on estime pouvoir aisément répondre aux exigences du fair-play financier et de l’UEFA.

Joan Laporta l’a reconnu avec courage vendredi, si le FC Barcelone a renoncé la mort dans l’âme à faire signer un nouveau contrat à Lionel Messi c’est que le Barça doit assumer les conséquence d’une gestion financière délirante dans le passé. La Pulga quitte donc le club où il s’est construit son incroyable palmarès et il s’apprête à débarquer au Paris Saint-Germain avec ses six trophées du Ballon d’Or.

Reste que l’on peut se poser des questions concernant la financement par le PSG du salaire de Lionel Messi, qui devrait frôler les 40 millions d’euros, lequel s’ajoute à l’ensemble des autres joueurs parisiens, dont Neymar qui empoche lui 32 millions d’euros par an. Mais pour outre le fait que Nasser Al-Khelaifi n’aura pas un centime à débourser pour s’offrir la star argentine, ce qui est tout de même hallucinant, le salaire de Messi sera financièrement amortissable.

Jordan, Messi, Neymar, Nike, le PSG est une marque mondiale

Et si l’on pouvait craindre que le Paris Saint-Germain se fasse prendre éventuellement par la patrouille du fair-play financier version UEFA. Dans la réalité, le PSG est informé, comme la totalité des clubs européens, que le gendarme européen ne sera pas aussi sévère compte tenu de la situation engendrée par la crise sanitaire et le souci des droits TV en ce qui concerne la France. Répondant au Parisien, Virgile Caillet explique comment le puzzle peut aisément se mettre en place.

« Avec Messi on est vraiment sur quelque chose d’assez unique, du niveau de Maradona à Naples ou de Zidane à Madrid. Messi, c’est de l’acquis. C’est comme si vous alliez voir une banque avec des sources de financement. On sait que ce sont des revenus directs et indirects assurés. Pour les charges, il faudra faire preuve d’un peu d’imagination, mais au PSG, je sais que les financiers en sont capables pour lisser les financements, trouver des subtilités et probablement imaginer des deals peut-être par le biais de la Coupe du monde 2022 au Qatar où Messi pourrait se voir charger d’un rôle. Ce sont des choses envisageables et qui ne sont pas hors la loi. Après, il faudrait aussi vendre un petit peu… », explique ce spécialiste de l’économie du sport.

Du côté du Paris Saint-Germain, on est également conscient qu’avec la signature de Lionel Messi, la marque va prendre une ampleur encore plus colossale. Car bien évidemment à un an du Mondial au Qatar, l’Emir aura le plaisir de constater que le colossal investissement financier placé dans le PSG a fait du club de football français une référence mondiale en matière de marketing, quels que soient ses résultats sportifs.

Vous pouvez réagir à cet article