image

COMMENT SONKO A PU DÉJOUER LES PLANS DES FDS

image

Le leader du parti Pastef accompagné de quelques leaders de la coalition Yewwi askan wi a bravé l’interdit du préfet du département. Il a pu déjouer les plans des Forces de défense et de sécurité (Fds) et s’est offert un bain de foule. Le pare-brise du véhicule de Sonko a été caillassé. Senchan, Sonatel et une station Total ont été vandalisés.

Chose promise, chose due. Ousmane Sonko, qui avait décidé de tenir son meeting à Mbacké malgré son interdiction, a remporté le bras de fer hier. Mais à coups de grenades lacrymogènes qui ont rythmé, par moment, son trajet. Le leader de Pastef a d’abord accompli la grande prière du vendredi à la grande mosquée de Touba. A la fin, il a pu s’entretenir avec le khalife général des mourides, Serigne Mountakha Bassirou Mbacké.

Auparavant, il avait eu un tête-à-tête avec Serigne Modou Mbenda Fall, le khalife général des baye Fall. Après la prière, une foule s’est massée aux alentours de la mosquée, et cela malgré l’interdiction de leur leader, scandant à tue-tête son nom. Puis, Ousmane Sonko s’est replié au quartier Dianatoul Mahwa où il sera rejoint quelques heures plus tard par des leaders de Yewwi wi askan Wi dont Malick Gakou, Cheikh Tidiane Dièye, Birame Soulèye Diop, Moussa Balla Fofana et Ahmed Aïdara. Ces personnalités avaient été bloquées à l’entrée de Touba par les gendarmes. Après quelques discussions, le blocus a été levé.

Echauffourées avec les Fds
Il était un peu plus de 18h lorsque le convoi de Ousmane Sonko a quitté Touba pour entrer à Mbacké. Mais, c’était sans compter avec les forces de défense et de sécurité. Un camion de la gendarmerie a heurté le véhicule des journalistes qui voulaient entrer dans la ville de Mbacké pour rejoindre le meeting. Il s’en est suivi des tirs de sommation sur le véhicule 4X4 où avait pris place le leader du Pastef. Le pare-brise a été caillassé. En manque de grenades lacrymogènes, les gendarmes avaient eu recours à des cailloux et ont fini par battre en retraite. Finalement, la route a été dégagée et le cortège du leader de Pastef a poursuivi sa route sans obstacle. Il a pu déjouer les plans des forces de défense et de sécurité en passant par les Santhianes, le quartier Darou Salam. Le cortège a été gazé mais, c’était sans compter avec la détermination de Ousmane Sonko. Partout, où il est passé, il a été acclamé par une foule surexcitée. Devant les maisons, jonchés sur les balcons, les habitants de la ville de Mbacké applaudissaient à tout rompre le candidat malheureux à la présidentielle de 2019.

Mbacké ressemblait à un champ de bataille
Dès les premières heures de l’après-midi, les militants du Pastef, personnes âgées et jeunes venus un peu partout du pays, avaient pris d’assaut la Place de Ndoyenne où devait se dérouler la manifestation politique mais c’était sans compter avec les forces de l’ordre dont le nombre impressionnant avait surpris plus d’un. Certains soutiennent que c’est la première fois qu’ils voyaient un tel dispositif de sécurité dans la ville de Mbacké. Dans la matinée, les éléments du Gmi, épaulés par la Bip, avaient gazé les militants et sympathisants de Pastef. Plusieurs d’entre eux avaient érigé des barricades, brûlé des pneus et étaient munis de pierres pour faire face aux forces de défense et de sécurité.

Une station Total et une agence Sonatel saccagées, Senchan pillé

Les stations-services étaient protégées pour éviter les dégâts de mars 2021. Mais celle qui est à l’entrée de Mbacké a été mis à feu. De même, une agence Sonatel a été saccagée, alors que Senchan, enseigne d’une société appartenant à des mourides, a été vandalisé et pillé par des jeunes très déterminés qui ont affronté les Fds. Le cortège a fini sa procession au chantier de la maison de Serigne Touba, construite sur les ruines de l’ancien stade Nelson Mandela de Mbacké. Il était 19h 33 lorsque Sonko a fait son entrée là où l’attendait le khalife général des Baye Fall. Accompagné de Malick Gakou, Guy Marius Sagna, il a pu rencontrer de nouveau Serigne Modou Mbenda Fall qui lui a remis, en guise de présent, un bonnet noir porté généralement par les Baye Fall. Du haut de son véhicule décapotable, Ousmane Sonko, tout sourire, entendait ses militants scander : « Fi nio ko moom (Ici, c’est notre fief) ». Le leader de Pastef s’est même payé un bain de foule. Des arrestations ont été notées dans les rangs des « patriotes » dont Assane Mbacké.

Malick SY

11 février 2023


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article