COMMISSAIRE CHEIKHNA KEÏTA : « LA DROGUE N’A JAMAIS ÉTÉ SÉCURISÉE AU SÉNÉGAL »

news-details
SAISIE DE COCAÏNE AU PORT DE DAKAR

L’ex directeur de l’Office central pour la répression des trafics illicites de stupéfiants (OCTRIS) était l’invité de l’émission conférence de presse, animée par Khalifa Diakhaté sur Iradio (90.3). Le commissaire Cheikhna Keita s’est prononcé sur les 1036 kilogrammes de drogue qui ont été saisis au Port autonome de Dakar. A cette occasion, il a expliqué la stratégie des narcotrafiquants. Ces derniers, selon lui, ont une technique très spéciale pour faire entrer de la drogue dans un pays. « Les trafiquants de drogue agissent en intelligence. Ils envoient en tirs groupés leurs expéditions. S’ils veulent passer 10 tonnes de cocaïne, ils envoient en tirs groupés 100 tonnes. Ainsi, ils sont sûrs de faire passer une quantité avant qu’ils ne soient démasqués. Ils sont très bien organisés », a déclaré le commissaire Cheikhna Keita. Selon lui, la manière dont les drogues été dissimulées dans les véhicules attestent que ceux qui les ont convoyées n’étaient à leur coup d’essai. A l’en croire, les narcotrafiquants cherchent, chaque jour à intensifier leur réseau. Ils infiltrent tous les secteurs de la société. Ils y injectent beaucoup d’argent afin de pouvoir mener à bien leurs activités.


« J’avais refusé un demi milliard »

Interpellé sur les 80 kilogrammes de drogue qui seraient disparus, l’ancien Directeur de l’Octris estime qu’il appartient à la Douane d’apporter des explications précises sur cette affaire. A l’en croire, la drogue n’a jamais été suffisamment sécurisée au Sénégal. « La drogue n’a jamais été suffisamment sécurisée au Sénégal. On a toujours eu des problèmes de fuite de drogue au Sénégal. Il est même arrivé que des scellés de drogue disparaissent », a-t-il révélé avant de faire savoir que le Sénégal est en retard par rapport aux moyens utilisés pour contrôler et vérifier le trafic de la drogue.

Par ailleurs, le commissaire Keita est revenu sur le scandale de la drogue qui avait éclaboussé la police au moment où il était le directeur de l’Octris. « La corruption existe dans la police comme elle existe partout ailleurs dans la société. J’ai refusé la corruption à une échelle extrêmement élevée. On m’avait proposé beaucoup d’argent pour que je ne dénonce pas le trafic de drogue dans lequel étaient impliqué de hauts gradés. J’avais un demi-milliard sur la table. J’ai craché dessus. Si c’était à refaire, je le referai », a déclaré le commissaire Keita. Qui toutefois a rejeté l’argumentaire selon lequel le Sénégal est une plaque tournante de la drogue.

Vous pouvez réagir à cet article