COMMISSION AD HOC : UN GENDARME ENVOYÉ CHEZ SONKO

news-details
ASSEMBLÉE NATIONALE

Un gendarme a été envoyé, ce vendredi, chez Ousmane Sonko pour lui remettre une convocation de la commission Ad hoc qui veut l’auditionner, lundi. Cheikh Bamba Dièye, un des membres de ladite commission, qui donne l’information, parle de violation de la loi. Pour lui, cette convocation n’a pas sa raison d’être parce que ses collègues n’étaient pas encore tombés d’accord sur la méthode de travail. « Nous avons buté sur le fait que nous ne pouvons pas nous contenter d’auditionner seulement Ousmane Sonko. Pour fonder notre intime conviction, nous avons pensé, avoir des experts qui vont nous donner des informations sur le viol, le prélèvement d’Adn ...Puisque la loi nous dit que nous le devons, ce qui est un impératif, c’est de recevoir Ousmane Sonko. Mais, la commission Ad hoc est souveraine. Et toujours dans le sens de la manifestation de la vérité, que la plaignante, les témoins, toutes les autres personnes qui pourraient nous donner plus d’informations puissent être auditionnés par les membres de la commission Ad hoc », a-t-il fait savoir.

L’ancien ministre de poursuivre : « À notre grande surprise, au moment où nous discutions de la méthode de travail, nous avons appris qu’ils ont envoyé un gendarme chez Ousmane Sonko pour le convoquer, lundi. Ce dernier a eu l’intelligence de renvoyer la convocation. Alors, quelle est la forme de respect que nous devons avoir les uns et les autres ? Tous les Sénégalais qui criaient au complot, ont parfaitement raison de la faire. Et c’est cela qui m’inquiète. La précipitation, le fait de violer le règlement intérieur de l’Assemblée, toutes ces choses font que nous sommes en droit de douter de la sincérité de la démarche et qu’aussi nous sommes en droit d’être convaincus qu’il y a une volonté manifeste de liquidation de Ousmane Sonko ".

Vous pouvez réagir à cet article