CONDAMNATION DE LA SDE PAR L’ONAS : « C’EST GROTESQUE » !

news-details
JURY DU DIMANCHE

La Sénégalaise des eaux (SDE) a interjeté appel suite à sa condamnation en première instance à payer à l’Office national de l’assainissement du Sénégal (ONAS), la somme de 11 milliards 100 millions F CFA. « Le plus grotesque dans cette situation, réagit Abdoul Baal, le Directeur général de la SDE, invité du ’’Jury du dimanche’’ (JDD), ce 25 août, c’est que sur ces 11 milliards F CFA, une partie environ 1 milliard 500 millions F CFA n’avait même pas fait l’objet de facturation parce que c’était une estimation de fin d’année quand on faisait les comptes. Sur ces 11 milliards, 4 milliards 500 millions n’ont pas encore fait l’objet de recouvrement. 2 milliards 600 millions sont dus par l’administration, l’Etat du Sénégal, et le ministère des Finances a dit ’’je paierais à l’ONAS, qui déteint ce document. Enfin 2 milliards concernent des impayés depuis 1996. »

Dans le contrat d’affermage avec l’Etat du Sénégal, « la SDE distribue les factures et collecte pour le compte de l’ONAS, ce qu’on appelle le tarif assainissement, variant entre 23 et 80 F CFA, par m3 d’eau en fonction de la catégorie des clients, et des tranches de consommation », explique le Dg, signalant que ledit protocole « précise qu’une fois que la facture est faite suivant les tarifs en vigueur, (la SDE reverse) à l’ONAS 15 jours suivant le mois de collecte. C’est ce qu’on a fait depuis 1996 à maintenant. La seule manière qui pourrait arriver qu’on doive de l’argent à l’ONAS, c’est quand nous avons collecté et que nous n’avons pas reversé. Ce qui n’est pas le cas. Car chaque année également, les commissaires au compte de l’ONAS comme dans toutes les entreprises demandent ce qu’on appelle les confirmations de solde. Au 31 décembre 2018, cette confirmation de solde, nous avons répondu pour dire que nous n’avons pas encore de paiement au niveau de toute la clientèle dont de l’administration. L’ONAS l’a interprété comme quelque chose qui lui est due. Ce n’était pas payé, donc ce n’était pas dû. »

Vous pouvez réagir à cet article