CONSEIL PRÉSIDENTIEL : POURQUOI LES FEMMES N’ONT PAS EU DROIT À LA PAROLE

news-details
CICAD

Lors du Conseil présidentiel de la jeunesse, hier jeudi, 22 avril 2021, la parité n’était pas au rendez- vous. Du moins au niveau des représentants des régions qui ont pris la parole devant le chef de l’Etat. Un fait qui a attiré l’attention de plus d’un. Et il a été souligné, après la pause par la journaliste de Rts, Nafissatou Diouf, maitresse de cérémonie avec son collègue, Ibrahima Diedhiou. Seule, la présidente de la commission féminisme du Conseil national de la jeunesse (Cnj) avait droit au chapitre.

Une discrimination que dénonce la présidente de la Pépinière des jeunes femmes, Aïda Niang. « Nous avons l’impression que c’était un Conseil national de la jeunesse masculin. Il y a des problèmes qui ont été soulevés concernant les travailleurs, mais quant à l’employabilité des jeunes femmes, nous avons constaté que cela n’a pas été abordé », peste-t-elle joint. au téléphone. Très active pour la cause féminine, Aida Niang, déplore qu’il y ait une erreur de casting dans la prise de parole. « Le bureau du Cnj devait faire de sorte qu’au-delà de leur représentante de la commission féminine, qu’il puisse y avoir d’autres femmes qui vont parler au chef de l’Etat. Parce qu’une occasion comme celle-ci ne se présente pas tous les jours », a-t-elle plaidé.

Interpellé sur ce fait, le président du Cnj se dédouane. Selon Khadim Diop, l’absence des femmes à la prise de parole d’hier était naturelle. Parce que, a-t-il expliqué, à la tête des Conseils régionaux de jeunesse (Crj), il n’y a que des hommes qui ont été élus démocratiquement. « Je rappelle que le Cnj c’est l’ensemble des associations de jeunes reconnues par l’Etat. Les élections des membres se font à la base (niveau communale) où la parité est absolue, parce que chaque entité est représentée par un garçon et une fille », a fait savoir le président du Conseil régional de Thiès.

Vous pouvez réagir à cet article