CONSEILS RAMADAN : ALIMENTATION, BOISSON, MÉDICATION, SPORT...

news-details
Ramadan 2020

Le Ramadan 2020 a démarré, dans un contexte particulier. Beaucoup de musulmans, vont jeuner de l’aube au crépuscule, soit 14 heures sans boire, ni manger. Jeûner c’est aussi, à côté de l’aspect spirituel, mettre le corps à l’épreuve sur le plan physiologique avec réductions alimentaires et hydriques. Les effets d’un jeûne bien conduit sont bénéfiques pour l’organisme qui peut le supporter.

Au cours des deux repas autorisés avant l’aube et après le crépuscule, il faut veiller à bien s’hydrater. Privilégier l’eau. Bannir les limonades du commerce. Il vaut mieux préparer ses jus naturels et les sucrer raisonnablement. A la "coupure", il ne faut pas remplir en quelques minutes l’estomac, d’une masse inconsidérée de nourritures. Buvez d’abord quelque chose de chaud. Puis nourrissez-vous progressivement et sainement, en variant les mets tout le long du Ramadan. Éviter les sucreries et excès de pâtisseries. Mais, il ne faut pas jeuner quand votre condition médicale ne l’autorise pas.

Ainsi, quand on a un ulcère et autres problèmes gastriques, la vacuité de l’estomac favorise l’apparition de douleurs abdominales, voire de saignement ou de perforations de la muqueuse de l’estomac. Idem quand on souffre de problèmes hormonaux graves, ou qu’on a de la fièvre, avec des conséquences fâcheuses possibles. Éviter de jeuner aussi quand on doit prendre certains médicaments dont les effets secondaires sont à risque pour le jeûneur : aspirine, quinine, certains médicaments du cœur, anti-diabétiques, etc. Ils favorisent les hypoglycémies. Ses signes avant-coureurs étant : des maux de têtes, des tremblements, une faim douloureuse. L’évolution pouvant se faire ver une chute avec syncope.

Un individu adulte normal dort, selon le besoin éprouvé, 6 à 8 heures. Au fil de l’âge, notre temps de sommeil se réduit. Réveil entre 4 ou 5 heures du matin. Repas matinal à l’aube pour se ‘‘charger’’ en eau et en nutriments et affronter une journée d’abstinence. Tout ceci entrecoupé de prières obligatoires et de prières surérogatoires (nafila) plus ou moins prolongées. Donc pas beaucoup de place pour un sommeil réparateur pour le jeuneur. Conséquence inéluctable : accumulations de dettes de sommeil. La prise massive d’eau et de boissons et excitants (caféine, thé trop fort, etc..) complétant des facteurs perturbateurs du sommeil durant le Ramadan.

En outre, le fait que la nourriture soit épicée (poivre, piment et autres) et grasse, tard le soir, entraine des lenteurs de digestion et des remontées gastriques, gênant l’endormissement ou provoquant des réveils nocturnes. Le fait de manger trop salé et trop sucré influe aussi négativement sur la qualité du sommeil. Conséquence de ces dettes accumulées de sommeil : lourdeurs, maux de tête, irritabilité, douleurs diffuses, trous de mémoire et mauvaise concentration.

Pour une meilleure gestion du besoin minimal de sommeil, il faut exploiter toutes les occasions, de nuit, comme de jour, pour dormir suffisamment et se sentir reposé. Il n’y a pas de solutions miracles. Quelques ‘astuces’ : grasse matinée pour les uns, sieste pour certains, ou petits ‘sommes’ répétés pour les autres.

La pratique du sport en période de Ramadan, est possible, si encadrée par de bonnes précautions. Faire du sport en pleine journée pour un jeûneur n’est pas recommandée. Il vaut mieux attendre d’avoir déjeuné, le soir, pour le faire. La malheureuse nouveauté de cette année est la pandémie du coronavirus. Mais, malgré cette situation et durant ce mois de jeun, il faut quand même bouger. Que faire ? plusieurs formules existent : faire 30 à 45 minutes d’une activité physique modérée, à temps pour ne pas être hors-la-loi vis-à-vis du couvre-feu et finir, douche comprise, 5 à 10 minutes avant la coupure du jeun. Ou bien rompre le jeun, manger léger, faire son sport en interne, puis mieux manger après.

Vers la fin du Ramadan, des signes discrets de carences nutritionnelles, notamment en vitamines, sels minéraux et oligo-éléments, peuvent se manifester chez certains jeûneurs : grande fatigabilité, crampes, fourmillements aux pieds et mains. Une alimentation variée, riche en fruits, légumes et produits laitiers, voire une supplémentation en vitamines (sirops ou comprimés multivitaminés) peut alors faire du bien.

En respectant ces quelques conseils, nous pouvons faire que cette période du Ramadan soit sanitairement bénéfique pour l’organisme, comme en attestent maintenant, plusieurs données scientifiques quant aux bienfaits du jeun sur la santé.

Vous pouvez réagir à cet article