CORONAVIRUS EN GAMBIE : LA SITUATION SEMBLE HORS DE CONTRÔLE

news-details
PANDÉMIE

Longtemps épargnée, la Gambie est désormais touchée de plein fouet par la pandémie de coronavirus. Entre centres de traitement de quarantaine et tests débordés et multiplication des décès dans les hôpitaux, c’est la psychose générale dans le pays. Hier, ce sont trois ministres du gouvernement qui ont été annoncés avoir contractés le virus : le ministre de l’Economie et des Finances, celui de l’Energie et celle de l’Agriculture. Face à une telle situation, la mairesse de Banjul, en sanglots, implore le gouvernement a décrété un confinement général dans la capitale pour « sauver ce qui peut encore l’être ». Ces deux derniers jours, les tests n’ont pas été rendus publics. Le pays compte officiellement un demi-millier de cas et une dizaine de décès mais la situation est sous-évaluée.

De l’aveu même du personnel médical, la pandémie de coronavirus est désormais hors de contrôle en Gambie. Les décès se multiplient dans les domiciles. Dans les hôpitaux, les morgues sont pleines. Hier, c’était le ballet incessant dans les cimetières, renseigne une source sanitaire. Les choses semblent tellement hors de contrôle que tous les centres dédiés ont arrêtés les tests. Le numéro vert a également arrêté de fonctionner. Avec un millier de personnes dans les centres de quarantaine et 500 cas officiellement déclarés, tout est débordé.

Alors le gouvernement a-t-il abdiqué ? En tout cas très touché avec au moins 4 membres infectés, il semble dépassé par la gravité de la situation. Après la vice-présidente, Isatou Touray, c’est autour du ministre de l’Economie et des Finances, du ministre de l’Energie et de l’Agriculture d’être infectés. Ayant été en contact avec la vice-présidente, le chef de l’État est en auto-isolation depuis jeudi dernier. Pour tenter de limiter les dégâts, le gouvernement a décrété ce weekend la fermeture des bars et restaurants.

La maire en sanglots

Dans une vidéo devenue virale, Malick Rohey Lowe, la mairesse de Banjul, en sanglots, a imploré les autorités sanitaires a décrété un confinement général dans la capitale, foyer de la pandémie. Abattue par le décès dû au coronavirus de l’un des guides religieux de la capitale, pour l’édile de la capitale, « si ce n’est pas trop tard, il est temps de sauver ce qui peut l’être encore ».

Comment en est-on arrivé là ? Pour beaucoup, c’est la moisson de l’incurie et de l’incompétence du gouvernement. La panique passée, les observateurs pointent du doigt l’ouverture, quoique partielle , des frontières aériennes le mois dernier. La corruption du gouvernement est également dénoncée. Avec tous les fonds alloués à la lutte contre la pandémie, pourquoi n’a-t-on pas équipé les hôpitaux en matériels suffisants pour faire face ? Qu’a-t-on fait de tous le fonds reçus des partenaires bilatéraux et multilatéraux, sont entre autres les questions que se posent les Gambiens.

Vous pouvez réagir à cet article