CORONAVIRUS - LEVÉE DE L’ÉTAT D’URGENCE EN GAMBIE

news-details
Pandémie

Alors que le pays a enregistré, hier, sa 6e victime de la Covid-19 et recense un record de contamination par jour-avec 46 nouveaux cas- le président Barrow a décidé de lever l’état d’urgence, instauré il y a près de 5 mois. La marge de manœuvre du président était réduite. Les députés de l’Assemblée nationale dont l’UDP, formation politique passée à l’opposition détient la majorité, ayant refusé de proroger l’état d’urgence, le chef de l’État a, à six fois prolongé par décret la mesure d’urgence. Mais lever l’état d’urgence ne veut pas dire levée des restrictions édictées pour limiter la progression de la pandémie, a nuancé un communiqué du gouvernement. A noter qu’à compter de ce vendredi, le port du masque est obligatoire en Gambie.

C’est l’un des pays au monde les moins touchés, mais le virus circule désormais à une vitesse exponentielle en Gambie. Il y a de cela une dizaine de jours, le pays était à une soixantaine de cas, il vient de franchir le cap de plus de 200 contaminations déclarées. Cette recrudescence des cas est surtout imputable à l’ouverture partielle des frontières aériennes. D’après le communiqué de la Présidence annonçant la levée de l’état d’urgence, c’est pour soulager certaines activités comme le secteur informel et les travaux champêtres que cette décision a été prise. Maintenant lever l’état d’urgence ne veut pas dire lever les restrictions imposées pour limiter la progression de la pandémie, précise le document.

Vivre avec le virus

Les gestes barrières comme la distanciation physique et le port du masque est désormais obligatoire dans les espaces publics comme dans les espaces clos. Les frontières terrestres, aériennes et maritimes restent fermées. « Le gouvernement évaluera la situation », précise-t-on.

En substance, le président Barrow exhorte ses compatriotes à apprendre à vivre désormais avec le virus. Même si la pandémie gagne du terrain, la levée de l’état d’urgence était très réclamée. Ayant prorogé par décret l’état d’urgence à six reprises suite au refus des députés de voter la mesure d’urgence, le chef de l’État ne pouvait plus continuer à le faire incessamment. L’opposition et une frange de la société civile n’hésitaient plus à parler « d’abus de pouvoir » de la part du président de la République.
En ce samedi, la Gambie compte 216 cas déclarés dont 144 sous traitement pour 6 morts.

Vous pouvez réagir à cet article