CORONAVIRUS : MERKEL SE MET EN QUARANTAINE ET ANNONCE DE NOUVELLES RESTRICTIONS

news-details
INTERNATIONAL

Si Angela Merkel n’a pas choisi la voie du confinement général de l’Allemagne, elle a pris une nouvelle série de mesures pour lutter contre le coronavirus. Parmi elles, l’interdiction des rassemblements de plus de deux personnes. Par ailleurs, la Chancelière va se mettre en quarantaine après avoir été en contact avec un médecin testé positif.

Les rassemblements de plus de deux personnes dans l’espace public vont être interdits en Allemagne pendant au moins deux semaines pour endiguer la propagation du nouveau coronavirus, a annoncé dimanche Angela Merkel.

Une distance minimale d’un mètre et demi devra être respectée en public, a ajouté au cours d’une conférence de presse la chancelière, précisant que les restaurants, sauf pour les plats à emporter, et les salons de coiffure seraient fermés.

Ces mesures, qui ne s’appliquent pas à la sphère familiale, devraient être valables pendant au moins deux semaines, selon Angela Merkel, ajoutant que le non-respect de ces interdictions serait passible d’amendes.


« Sauver des vies  »

L’Allemagne n’a ainsi pas choisi pour le moment la voie du confinement général de la population pour contrer la pandémie de Covid-19.

Moi-même, ma vie a changé et consiste principalement en des conférences téléphoniques et des visio-conférences, a expliqué la chancelière, à l’issue d’une discussion par vidéo avec les dirigeants des 16 Länder (États régionaux) allemands.

Selon un porte-parole du gouvernement, Angela Merkel va d’ailleurs se mettre en quarantaine à domicile « immédiatement » après avoir été en contact vendredi avec un médecin testé positif. La chancelière fera l’objet d’un test dans les prochains jours.

Il est très important que la règle de la distance soit respectée, le risque d’infection est réduit dans ce cas-là à presque zéro, a encore fait valoir Angela Merkel. C’est comme ça que nous pouvons sauver des vies, a rappelé la chancelière.

L’Allemagne comptait dimanche quelque 18 610 cas et 55 décès, selon l’Institut Robert Koch, chargé de la veille épidémiologique.

Vous pouvez réagir à cet article