CORONAVIRUS : SANCTIONS EN VUE CONTRE LES AGENTS QUI ONT FILMÉ LE PATIENT DE ROI BAUDOUIN

news-details
GESTION DE LA PANDÉMIE

Stigmatisation et violation du secret professionnel. Un scandale relatif à la violation de la confidentialité d’un patient atteint du coronavirus a éclaté depuis hier, mardi 3 mars 2020. Des agents sanitaires d’une des structures ayant reçu un malade susceptible d’avoir contracté le virus Covid 19 se sont mis à le filmer et les images ont rapidement commencé à faire le tour des smartphones. Reçue à Emedia depuis hier soir, la vidéo (que nous n’allons pas diffuser) qui a déjà commencé à circuler sur WhatsApp, montre un homme vêtue d’une blouse blanche, en train de filmer, au moment l’on entend trois personnes, deux voix féminines et une masculine, de l’autre côté de la baie vitrée, également en train de filmer et de discuter de façon très légères autour du "cas".

De leurs discussions, on comprend que la blouse blanche qui apparait dans la vidéo est un "infectiologue" et qu’il serait bien au courant de l’état de santé du "cas". "Il est visiblement dans un état stable", dit l’une des voix en ricanant, quelques secondes avant que le patient n’apparaissent. Vêtu d’une tenue sombre, la tête couverte d’un chapeau et le visage sous un masque médical, le patient d’un âge avancé est accompagné vers une porte d’une personne en combinaison spéciale blanche, visiblement un agent du dispositif spécial de lutte contre le Coronavirus.

Après recoupements, Emedia a pu glaner des informations selon lesquels les auteurs ont été formellement identifiés et convoqués au ministère de la Santé, qui prendra des sanctions contre eux. Une mesure conservatoire pour commencer, avant de statuer après enquête. Nos investigations nous ont également confirmé que la scène n’a pas été tournée à l’hôpital Fann où une zone spéciale a été aménagée au Service des Maladies Infectieuses et Tropicales pour s’occuper des potentiels cas de contamination au Coronavirus.

« À FANN, LA ZONE EST SÉCURISÉE ET INACCESSIBLE SANS COMBINAISON »

Joint au téléphone par Emedia, Dr Ali Baba Dieng, du Centre des opérations d’urgences sanitaires (COUS) du ministère de la Santé et de l’Action publique dit avoir eu vent de la vidéo sans l’avoir vue, mais assure qu’il ne saurait agir du Centre Hospitalier National et Universitaire de Fann. « On m’a parlé de la vidéo, mais je ne l’ai pas vue personnellement. Je sais qu’il ne peut concerner l’hôpital Fann où la zone dédiée n’est pas accessible sans des combinaisons spécifiques car c’est une zone contaminante. C’est clair que ce n’est pas à Fann. Là où les patients sont internés, c’est une zone très sécurisée, avec des conditions strictes à respecter on ne peut y accéder juste avec une blouse. On vient de me dire que les auteurs ont été formellement identifiés. Ils ont été convoqués cet après-midi et le ministère prendra toutes les sanctions contre les coupables. Si les faits sont confirmés, ils sont assez graves. Ce n’est pas normal car il s’agit avant tout d’un manque de respect de la confidentialité et de la dignité des patients. C’est une erreur à corriger et le ministère est saisi de l’affaire. »

Après d’autres vérifications, notamment auprès du Dr Ousmane Guèye, Coordonateur du Service national de l’Education et de l’Information pour la Santé (SNEIPS) du ministère de la Santé et de l’Action publique, Emedia.sn est en mesure de dire qu’il s’agit d’agents de l’hôpital Roi Baudouin de Guédiawaye, où le deuxième cas confirmé au Sénégal avait été reçu avant d’être acheminé à Fann. Invité de l’émission Pencum ndaw ñi (le forum des jeunes) sur iRadio, le Docteur nous a confirmé qu’il s’agit de la structure sanitaire sise à Guédiawaye, dans la banlieue dakaroise et que les sanctions idoines seront prises par le ministère de tutelle et que la sensibilisation sera renforcée pour le personnel de santé.

Du côté de l’hôpital Roi Baudouin, la Directrice Madame Nafissatou Danfang Ba, jointe au téléphone par Emedia ne confirme pas s’il s’agit de sa structure sanitaire ou non. « J’ai vu la vidéo, c’est une erreur inacceptable et nous sommes en train de mener une enquête à l’interne pour savoir si c’est ici ou non », dit-elle, assurant ne reconnaitre ni les lieux ni les voix qu’on entend.

« Je ne peux savoir juste sur cette base. Je suis chargée de l’administratif et je ne peux pas reconnaitre les voix de tous les agents du personnel médical, surtout que parfois, il y a des stagiaires qui peuvent bouger d’une structure à l’autre. » A propos des mesures annoncées au ministère de la Santé, elle dit ne pas être au courant. « Je n’ai pas encore été saisie à ce titre », assure-t-elle au bout du fil, tout en déplorant « la manie des gens à vouloir sortir leurs smartphones pour filmer à tout bout de champ, même quand le contexte ne s’y prête pas. »

L’hôpital Roi Baudouin est l’une des plus grandes structures sanitaires de la banlieue dakaroise. La structure a accueilli le deuxième patient diagnostiqué positif au coronavirus, un Français d’origine sénégalaise, âgé de 80 ans, venu de Sarcelles en France, et arrivé au Sénégal samedi 29 février 2020, pour assister à un enterrement. L’homme, qu’on voit dans la vidéo du scandale, présentait des symptômes grippaux et a d’abord été reçu à l’hôpital Roi Baudoin de Guédiawaye, avant d’être acheminé à l’hôpital Fann, où une cellule spéciale est installée, dans un endroit isolé pour s’occuper des cas suspects.

Vous pouvez réagir à cet article