CÔTE D’IVOIRE - LE RAPPORT DE MISSION DES OBSERVATEURS DE L’UNION AFRICAINE

news-details
PRÉSIDENTIELLE 2020

La Mission d’Observation Electorale (MOEUA), dépêchée par l’Union africaine (UA), afin de suivre et de rendre compte du déroulement du premier tour de l’élection présidentielle du 31 octobre 2020, décerne son satisfecit sur la manière "globalement satisfaisante" du déroulement du scrutin. Ce, en dépit d’un contexte politique caractérisé par l’absence de consensus sur le processus conduisant à l’élection du 31 octobre 2020 entre les acteurs politiques. Duquel contexte avait résulté un appel à la désobéissance civile et des actes de violences.

Ainsi, dans l’objectif "d’améliorer" les processus politiques et électoraux futurs en République de Côte d’Ivoire, la MOEUA a formulé une liste de recommandations à l’endroit des acteurs du processus électoral, "dans le but d’apporter des améliorations tant au niveau du cadre juridique qu’à l’organisation des prochains scrutins en République de Côte d’Ivoire."

Du Gouvernement, d’abord, il est attendu "des mesures nécessaires afin de garantir l’inclusion et la participation citoyenne telles que réaffirmées par le communiqué adopté par le Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union africaine lors de sa 869ème réunion tenue le 19 août 2019 sur les élections en Afrique ; la mise en place un cadre de concertation entre les acteurs politiques et autres parties prenantes afin de créer et d’affermir un climat de confiance à même de garantir la paix et la stabilité en République de Côte d’Ivoire y compris par la réactivation des mécanismes de Réconciliation nationale ; l’articulation et l’harmonisation le cadre législatif portant sur les élections ; le renforcement de l’indépendance des organes de gestion des élections conformément à la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance, et celui de la sécurité des populations en général en particulier celle des agents électoraux."

L’UA, qui déplore les actes de violence ayant occasionné des pertes en vies humaines, appelle le gouvernement à faire toute la lumière sur la question.

Conduite par Dileita Mohamed Dileita, ancien Premier ministre de la République de Djibouti, la mission est composée de quarante-cinq (45) observateurs dont des représentants permanents auprès de l’Union africaine à Addis Abeba, des parlementaires panafricains, des responsables d’organes de gestion des élections, des membres d’organisations de la société civile africaine et du personnel de la Commission.

Ces observateurs, arrivés le 23 octobre en Côte d’Ivoire, y séjourneront jusqu’au 6 novembre prochain. Ainsi, ils continueront à suivre les développements post-électoraux et publiera un rapport exhaustif sur le processus électoral.

Par contre, ces observations sont prononcées au moment où Bédié et compagnie, de l’opposition, ont réaffirmé leur intransigeance au représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest et du Sahel, l’avocat ghanéen Mohamed Ibn Chambas, pour une transition civile de 30 mois dirigée par Bédié sous la forme d’un Conseil national de transition.
Et du côté du pouvoir, l’on s’active pour préparer une parade dès que tous les résultats, jusqu’ici très largement favorables à Alassane Ouattara, seront intégralement publiés, ce mardi.

Vous pouvez réagir à cet article