CÔTE D’IVOIRE - QUAND LE SOUVENIR DE 2010 FAIT ENCORE PEUR AU CITOYEN LAMBDA

news-details
PRÉSIDENTIELLE 2020

La peur grandit à Abidjan et des principales villes de la Côte d’Ivoire. Alors que les acteurs politiques continuent d’avoir des positions très tranchées, le spectre des démons de la violence qui ont émaillé la présidentielle de 2010 planent au dessus du pays de la Lagune Ébrié.

Des emplettes sont faites dans les supermarchés prises d’assaut pendant que les boulangeries sont littéralement dévalisées pour faire le plein de pain, et c’est un indicateur du niveau de la psychose. Plus loin, le constat est frappant : des boutiquiers qui ne voient plus le moindre client après la prière du vendredi, des ruelles désertes, le spectacle est inhabituel pour qui connaît l’atmosphère généralement festif de Babi.

Certains points chauds comme Dabou ou Yopougon ont fait le lit de la violence pendant plusieurs jours et les conflits intercommunautaires sont toujours craints par ces citoyens qui attendent encore de voir la situation du jour du scrutin pour se décider à aller voter ou se terrer chez eux, en attendant que la parenthèse électorale se ferme sous un meilleur chapitre que celui de 2010.

Vous pouvez réagir à cet article