COVID-19 : SONKO RENONCE À SON « NEMMEEKU TOUR »

news-details
POLITIQUE

Pas de ’’Nemmeeku Tour’’ ou campagne de levée de fonds, cette année. L’opposant et leader du Parti Pastef / Les Patriotes, Ousmane Sonko, a fait l’annonce, ce vendredi, 30 juillet. Face à la presse à son siège, il a souligné que "le parti Pastef a enregistré deux cas de Covid-19 dans ses rangs." Ainsi, face à la vitesse de propagation du variant Delta, il a décidé de suspendre le ’’Nemmeeku Tour’’, "jusqu’à nouvel ordre". Car "le contexte ne s’y prête pas", a motivé l’ex-candidat à la présidentielle du 24 février 2019.

"Irresponsabilité, incompétence et déni"

Avant cette annonce, il n’a pas raté le chef de l’État, Macky Sall, l’accusant "d’être responsable" de cette situation. Sur ce point, il a relevé du gâchis dans la distribution des Fonds Covid-19. "En mars 2020, il y avait 12 lits de réanimation, au Sénégal", a-t-il relevé, assimilant cette situation à "une véritable catastrophe." "Qu’est-ce qu’on devait faire ? On devait orienter les fonds de Covid-19 pour régler cette insuffisance", a-t-il préconisé. Par ailleurs, "si on avait 500 lits de réanimation, on ne vivrait pas pareille situation", a-t-il appuyé. "C’est un crime contre le peuple sénégalais qui est exposé au moment où le président Macky Sall achète un nouvel avion. Ce n’est même pas sérieux", a-t-il martelé.

Parmi les pistes de solutions, l’opposant a rejeté la thèse du ’’reconfinement’’, arguant que "les Sénégalais sont déjà très éprouvés." A la place, il a plaidé pour "une bonne politique industrielle", entre autres leviers. Mais, a-t-il lancé : "il faut que chacun respecte les mesures barrières dont le port obligatoire du masque." Ce qui n’est pas le cas, a-t-il relevé pour le regretter : "on néglige le port du masque (alors que) c’est la première mesure."

Par ailleurs, a-t-il souligné : "on doit approvisionner le pays en oxygène, tout faire pour qu’il n’en manque plus, et augmenter les lits en réanimation." Il a également insisté pour la mise en place "d’un système de collecte et de recyclage des masques." Ce, après avoir insisté sur la nécessité de "développer et rendre accessible les tests rapides."

Concernant le vaccin, il a souligné "la nécessité pour l’Afrique de produire des vaccins." Pour ce faire, a-t-il égratigné : "il faut investir sur le capital humain au lieu de gaspiller les fonds".

Pour rappel, en janvier dernier, le ministre de l’Intérieur, Antoine Félix Diome, réagissant à la suite de la première opération internationale de levée de fonds, avait menacé de dissoudre le parti Pastef / Les Patriotes.

Vous pouvez réagir à cet article