COVID-19 : UN DÉCÈS ET 44 NOUVEAUX CAS, LA TRANSMISSION COMMUNAUTAIRE SE RÉPAND

news-details
POINT DU JOUR

Comme avant-hier, le coronavirus a causé la mort d’un patient hier mercredi, 2 décembre, portant le nombre de décès à 335 depuis l’apparition de la maladie, le 2 mars dernier, au Sénégal. Malgré la baisse des nouveaux cas, 44, contre 66 hier, une hausse est observée sur le nombre de patients sous traitement, passant de 181 à 184, dans le bulletin épidémiologique de ce jeudi, 3 décembre. Lequel lu par Dr El Hadj Mamadou Ndiaye, le directeur de la Prévention, a fait état de 44 nouveaux cas revenus positifs sur 916 tests effectués, soit un taux de positivité de 4,80%.

Les nouvelles contaminations sont ainsi réparties : 18 cas contacts suivis, aucun cas importé, et 26 issus de la transmission communautaire. Ces derniers sont recensés entre Mbour, 5, Touba, 3, Almadies, 2, Dakar-Plateau, 2, Nord-Foire, 2, Pikine, 2, Cité Djily Mbaye, 1, Fatick, 1, Grand-Dakar, 1, Guédiawaye, 1, Hlm, 1, Mamelles, 1, Mékhé, 1, Ngor, 1, Ouakam, 1 et Tamba, 1.

Par contre, 40 patients, contre 30 hier, ont été contrôlés négatifs et déclarés guéris. Mais de six hier, les cas graves ont augmenté à sept, ce matin.

A ce jour, 16 217 cas ont été déclarés positifs au Sénégal, dont 15 687 guéris, 335 décédés, et donc 184 patients sous traitement.

La forte hausse des cas était, d’ailleurs, au menu du Conseil des ministres, tenu hier mercredi, 2 décembre, le chef de l’État, Macky Sall.

Face au relâchement constaté et à l’augmentation relative des cas communautaires, il a été relevé la nécessité de renforcer les contrôles systématiques du port du masque dans les transports, lieux et établissements publics. Et, rappelant l’impératif de veiller à l’observance des règles et mesures barrières lors des manifestations et rassemblements qui doivent être réduits au strict minimum, Macky Sall a, à cet égard, demandé à Abdoulaye Diouf Sarr, le ministre de la Santé, de lui proposer de nouvelles mesures préventives visant à endiguer durablement la pandémie de la Covid 19, et éviter l’engorgement de nos structures sanitaires.

Vous pouvez réagir à cet article