CRISE MALIENNE ET TABASKI : LES PRÉCISIONS DU PRÉSIDENT DES ÉLEVEURS SÉNÉGALAIS

news-details
TABASKI 2019

La crise malienne s’est invitée dans les débats au cours de la réunion de préparation de l’Aïd El Kébir ou Tabaski 2019, tenue ce jeudi, 4 juillet, co-présidée par le ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo et celui en charge de l’Elevage et des Productions animales, Samba Ndiobène KA. Inquiets de cette situation, des éleveurs ont souligné qu’ils n’osaient plus traverser la frontière pour s’approvisionner en moutons.

Interrogé sur la question, Harouna Gallo BA, le président de l’Union nationale des éleveurs du Sénégal, minimise et rassure : « On a pris les devants depuis le mois de mars, il y a six (6) mois. Les moutons sont déjà presque achetés mais il n’y a pas que le Mali, il y a aussi la Mauritanie. » Poursuivant, il tient à préciser que « tous les moutons du Mali viennent en fait de la Mauritanie. Ils passaient de l’autre côté pour aller au Mali. On les récupère après. » Cette fois-ci, on a pris des mesures « à temps », assure-t-il.

Abordant l’approvisionnement en moutons, il rassure également : « Aujourd’hui, on parle de Tabaski. C’est un événement majeur. L’Etat a pris toutes les mesures pour réussir cet événement, que ce soit le transport, le financement et surtout il n’y a plus de taxes douanières. La gendarmerie va faire en sorte que les camions passent sans blocage, sans problème. » En tant qu’éleveur, insiste-t-il, « je prend un « engagement ferme » pour dire « qu’il y aura suffisamment de moutons à un bon prix ».

Vous pouvez réagir à cet article