« CROISSANT LUNAIRE : COMMENT ARRIVER AU CONSENSUS POUR LES FÊTES RELIGIEUSES »

news-details
MARAM KAÏRÉ, ASTRONOME

Un astéroïde du système solaire porte désormais le nom de Maram Kaire. Le président de l’Association sénégalaise pour promotion de l’astronomie (ASPA) a été honoré de par l’Union astronomique internationale. Après cette distinction honorifique dans le domaine de la science, M. Kaire aimerait bien aider le Sénégal à éviter, comme dans le passé, la célébration des fêtes de Korite ou de tabaski dans la division.

Sur le plateau de la chaine iTV, l’astronome sénégalais est revenu sur la nécessité de s’appuyer sur les progrès de la science pour résoudre certaines difficultés.

"J’aurais bien aimé dire que cela n’arrivera plus au Sénégal (célébrer une fête religieuse sur des jours différents). Parce que, le plus important, c’est de voir tout le Sénégal prier ensemble. Ça fait plaisir. Ça était le cas lors de la célébration des fêtes de Korite de 2016, 2017 et 2018. C’est la tabaski qui pose souvent problème, parce que, certains musulmans du pays se basent sur Arafat. Ce qui peut amener des divisions’’, a-t-il déclaré dans l’entretien exclusif qu’il a accordé à Itv.

Pour lui, l’astronomie est un outil dont les musulmans pourraient bien se servir. Ils les invitent à en user pour mieux scruter le croissant lunaire. ’’La mission de l’astronomie n’est pas de venir demander aux musulmans d’arrêter de scruter la lune. Elle leur indique la voie à suivre pour scruter, au mieux, le croissant lunaire. Certains matériels de l’astronomie comme les jumelles aident à scruter la lune qui, parfois, peut se trouver dans le ciel, mais sous les nuages’’, a-t-il fait savoir.

L’astronome d’inviter également les gens à arrêter ’’d’opposer la science à la religion’’. Pour lui, ’’elles se complètent. La science vient appuyer la religion dans ce domaine’’.

Vous pouvez réagir à cet article