image

« CULTURE BI NAK » VEUT DES SIÉGES A L’ASSEMBLÉE NATIONALE

image

Les déclarations de candidature aux Législatives fusent de partout. Après les journalistes et autres acteurs de la société, il faut désormais y ajouter les acteurs culturels. Eux aussi veulent avoir des sièges à l’Assemble nationale pour mieux défendre les intérêts du monde de l’Art et de la Culture. C’est ainsi qu’un mouvement dénommé « Culture Bi Nak » est né pour aller à la conquête des suffrages des Sénégalais. Bés Bi a appris que ce mouvement est dirigé par un acteur bien connu du milieu, mais qui reste dans l’ombre pour l’heure, tout comme les autres têtes d’affiche.

« C’est un acteur culturel ambitieux et très au parfum des actions politiques. Le développement du secteur culturel qui est son leitmotiv », confie-t-on. Une autre source bien informée nous souffle que ce mouvement culturel a été lancé, hier à Ziguinchor, en grande pompe, à Kafountine et à Abené. Elle nous apprend aussi que « Culture Bi Nak » qui travaille dans l’ombre depuis un moment est implanté dans les 14 régions, dans les 46 départements du Sénégal et même dans la diaspora. Apparemment, ces acteurs sont bien organisés.

D’ailleurs, depuis une semaine, on voit des vidéos d’artistes, de comédiens, d’artisans, de chanteurs, entre autres, qui lancent comme slogan que leur carte d’électeur est pour la culture. Ce message est notamment porté par El Hadji Bécaye Mbaye, animateur de lutte, Dembel Diop du Super Diamono, Grand Laye de la série Idole, Père Mody, le comédien Tan Bombé, l’animatrice de Walf Bambi Senghor, le photographe de Emedia Pape Doudou Diallo, etc.

Sûr de son ancrage national, ce mouvement affirme ne pas craindre pour la collecte du nombre de parrainages requis. « Nous sommes à Thiès, Touba, Ziguinchor, Dakar, Keur-Massar... mais aussi dans les zones les plus reculées du Sénégal. Nous avons eu à rencontrer des gens qui regrettent d’avoir voté pour les politiques et qui vont voter la liste ‘Culture Bi Nak’ parce que le secteur de la culture englobe une richesse, mais est toujours laissé en rade. Il est temps que les acteurs culturels prennent leur destin en main », souffle un de nos interlocuteurs qui précise que ce mouvement ira aux élections sous sa propre bannière.

Adama Aïdara KANTE

25 avril 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article