CYBERCRIMIINALITÉ : PLUS DE 200 PERSONNES ARRÊTÉES

news-details
SÉCURITÉ

Plus de 200 personnes ont « été arrêtées et présentées au parquet pour diverses infractions » depuis septembre 2017, dans le cadre de la lutte contre la cybercriminalité. Dr Papa Guèye, commissaire de police et chef de la division spéciale de cybersecurité de la Police nationale du Sénégal, a fait la révélation, ce vendredi, à Rabat au Maroc. Il se prononçait à l’occasion de la 3ème édition du Forum sur la paix et la sécurité. ’’Nous ne cessons de recevoir des plaintes des victimes, a-t-il précisé, repris par l’APS. Je peux même vous donner des statistiques, car, de septembre 2017 à nos jours, plus de 200 personnes ont été arrêtées et présentées au parquet pour diverses infractions ».

La rencontre est axée autour du thème : ’’Redéfinir les axes de la coopération internationale face aux menaces du XXI ème siècle. Dr Papa Guèye a indiqué que les 200 individus en question ont été arrêtés pour des infractions « relatives au piratage, à la collecte déloyale de données à caractère personnel, comme le fait d’utiliser l’image d’une personne ou sa voix sans sa permission à des fins délictuelles ».

Au terme des procédures, a-t-il ajouté, les mis en cause ont été identifiés et arrêtés, puis présentés devant les juridictions habilitées pour ce genre de délits, affirmant que des Institutions financières ont déposé des plaintes au niveau de la division et que ’’ces cas ont été élucidés’’.

’’C’est la raison pour laquelle, a-t-il poursuivi, je peux dire que les citoyens qui font appel à nos services voient des résultats et sont satisfaits du travail fait par la police nationale ».

Selon le commissaire de police, la question de la lutte contre la cybercriminalité nécessite aujourd’hui la mise en place de deux mécanismes de lutte : Des outils (permettant de traquer les délinquants) et, une « réponse préventive » associée à la sensibilisation et l’éducation des populations. Qui sont également invitées « à collaborer avec la police nationale pour démanteler les réseaux ou les personnes malintentionnées qui peuvent porter atteinte aux personnes et aux biens. » D’autant que « la personne sera protégée et son identité ne sera pas dévoilée’’, a exhorté Dr Papa Guèye.

Vous pouvez réagir à cet article