Cap Karaange : 252 mille 842 permis de conduire remplacés sur le million visé en un an

news-details
PREVENTION ROUTIERE

Officiellement lancée le 3 août dernier avant l’installation du site de remplacement le 03 septembre, à la Foire de Dakar, pour permettre aux usagers de bénéficier des nouveaux titres de transports biométriques numérisés, la modernisation de l’administration et la gouvernance des titres du transport routier dénommée ’’Cap Karaange’’ est loin des objectifs fixés. A 11h17, ce jeudi, 20 juin, 252 mille 842 permis ont été remplacés sur le million visé en un (1) an.

« Il reste beaucoup à faire », avoue Yaye Indou Gueye Sow, la coordonnatrice du projet Cap Karangué à la Direction des transports routiers (DTR), interrogée par emedia.sn, à l’occasion du lancement de la semaine nationale de sécurité routière, ce 20 juin, au Radisson blu.

« On est au niveau de sept (7) régions, Dakar, Thiès, Diourbel, Saint-Louis, Louga, Kaolack, Kaffrine et Fatick, renseigne-t-elle. Ce qu’il faut noter, c’est que Dakar, Thiès et Diourbel représentent les 90% des détenteurs de permis de conduire. » Aujourd’hui, souligne-t-elle, « il faut aller jusqu’au fond, cibler ceux ce qui ne savent pas lire. » Avant de préciser : « Les permis de conduire sont gérés au niveau des divisions régionales. Et la direction des transports terrestres a un représentant au niveau de chaque région. »

Cap Karaange permettra d’aboutir à « une meilleure gestion de l’identité des possesseurs de permis de conduire et un enregistrement rigoureux des véhicules en circulation », résumait en avril 2018, Abdoulaye Daouda Diallo alors ministre en chargé de la question, en soulignant que « 70% des Sénégalais qui ont le permis de conduire ne sont pas des professionnels. »

L’ancien porte-parole du gouvernement, Seydou Gueye, précisait, à son tour, que le projet est destiné à tous les sénégalais en vue du renforcement « absolu » de la sécurité routière. Ce, afin de limiter le nombre d’accidents, de relever le niveau de sûreté tout en tenant compte des exigences des données personnelles avec, par exemple, le groupe sanguin pour permettre aux premiers secours d’avoir des orientations.
La campagne de changement d’immatriculation a été lancée, elle, le 17 juin dernier.

Vous pouvez réagir à cet article