image

CES OCCIDENTAUX NOUS POMPENT L’AIR !

image

Le professeur Iba Der Thiam, quelques mois avant sa disparition, prévenait contre les risques d’une « recolonisation de l’Afrique ». Historien réputé, donc témoin des temps passés, le défunt éditeur en chef de « l’Histoire générale du Sénégal : des origines à nos jours » savait de quoi il parlait. Prémonition ? En tout cas, son alerte a valeur de testament pour les générations présentes et futures. A prendre au sérieux. Visez ce qui suit.

Ils ne veulent plus nous voir jouer au football chez nous. Parce qu’il y a le Corona ! Ils oublient les ravages de la maladie chez eux, avec ses centaines de milliers de morts. Mais pas que. Omicron, le beau prétexte n’est en réalité qu’un faux prétexte. Ce qui est en jeu pour la coalition des clubs européens qui cherche à faire annuler la Coupe d’Afrique des Nations a peu à voir avec le covid-19. L’enjeu, s’il est encore besoin de le rappeler, est purement économique. Après tout, le foot c’est du business, une affaire de gros sous. En qualifiant la CAN de « petit tournoi », le trublion Jürgen Klopp, coach de Sadio Mané et Mohamed Salah à Liverpool, n’avait-il pas déjà vendu la mèche ? On a tout compris.

Ils ne veulent plus nous voir exploiter notre pétrole et notre gaz. Parce que ce sont des énergies fossiles ! Ils oublient qu’ils ont rendu la planète invivable après avoir fini de se développer sur la base des mêmes énergies qu’eux-mêmes qualifient aujourd’hui de polluantes. Leur projet est clair : tout faire pour nous empêcher de goûter aux délices du développement en restant nous-mêmes.

Ils ne veulent plus de notre mode vie. Parce que, décrètent-ils, notre société est homophobe ! Rien de plus faux. Erreur de croire, de la part de nos parlementaires, que la bonne réponse est de criminaliser l’homosexualité. Ce dont il est question, c’est le mariage homosexuel qu’ils veulent nous imposer. Un projet de société au demeurant machiavélique et diabolique pour détruire la FAMILLE. Une « famille » où on parle de « premier parent » et de « deuxième parent » en remplacement du père et de la mère, n’est plus une famille. Trouvez-lui un autre nom.

Ils ne veulent plus nous laisser pratiquer notre religion. Parce que, disent-ils, elle est rétrograde et violente ! Dans leur tête, il faut opposer à l’homophobie – accusation à tort – l’islamophobie. Mais, là également, qu’on ne pense surtout pas que le salafisme est la solution face à la peur que leur inspire l’islam. Ce qui les intrigue, les impressionne pour finalement les inquiéter, c’est la tolérance religieuse au sein de notre société. En effet, ici le chrétien et le musulman partagent ensemble « le ngalakh » de Pâques et le mouton de Tabaski quand ailleurs, ce comportement tout à fait naturel étonne. Et détonne. L’extrémisme est l’erreur à ne pas commettre. En effet, c’est à la fois le terreau et le terrain fertiles pour le faux héros Zemmour qui veut « mettre l’immigration à zéro ».

Notre si délicieux ceebu jën national qu’il a sûrement mangé et apprécié, vient d’être inscrit sur la liste du patrimoine immatériel de l’UNESCO. Comme quoi, au « rendez-vous du donner et du recevoir », nous avons toujours des choses à offrir. Seulement, au rythme où vont les choses avec leur PROJET visant à nous priver de tout, il y a à se demander si, un jour, ils n’arriveront pas à nous ôter de la bouche notre bon vieux ceebu jën.
On nous étouffe ! On nous assoiffe ! On nous affame ! Mais on ne va pas nous déshonorer même si ça a tout l’air d’un funeste projet de recolonisation ! Il faut agir. Ici et maintenant. Rester debout si le mot SOUVERAINETÉ a encore un sens. 17 décembre, c’est ce jour qu’était intervenue, il y a 59 ans, la rupture politique entre Léopold Sédar Senghor et Mamadou Dia. Pour les témoins de l’époque, c’est jour-là que le Sénégal a raté son décollage économique. Durablement certes, mais pas définitivement.

Par MAMOUDOU IBRA KANE

17 décembre 2021


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article