Cheikh Diop : « Si c’est ça le fast-tract, les organisations syndicales lui opposeront l’union fighting »

news-details
SOCIETE

Les travailleurs ruent dans les brancards. La Confédération nationale des travailleurs du Sénégal (CNTS/FC) n’a pas apprécié la déclaration du chef de l’Etat, Macky Sall, tenue à l’occasion de la cérémonie de remise des cahiers de doléances, le 1er mai dernier. Le président Macky Sall s’est voulu très clair, il n’y aura pas d’augmentation de salaire parce que l’Etat n’en a pas les moyens.
« Le dernier mandat dit mandat ’’fast-tract’’ social s’attaque à des partenaires sociaux, peste Cheikh Diop, le Secrétaire général de la CNTS/FC. Que ce ’’fast-tract social refuse des doléances que nous posons et qui sont possibles d’être réglées, nous ne faisons pas dans la dictature syndicale mais nous sommes agressés dans notre dignité. » Le syndicaliste, qui verse dans la menace, assène que « si c’est ça le fast-tract, les organisations syndicales lui opposeront l’union fighting. »

Listant leurs doléances, il souligne que « dans la fonction publique en général, il y a le système de rémunération des agents qui est inéquitable et pour lequel nous devons nous retrouver pour discuter. Il y a également l’endettement de l’Etat vis-à-vis des entreprises. Dans le secteur privé, nous sommes en négociation pour une augmentation des salaires généralisés. Mais, les négociations sont pratiquement bloquées à cause du taux qu’on nous propose. Aussi, nous étions d’accord sur un projet de révision de la convention collective nationale interprofessionnelle. Et là également, les négociations sont bloquées et nous voulons que ça avance. » Il ajoute sur le plan de revendication le passif social des ex-travailleurs de la SIAS, d’AMA et des chemins de fer.
Outré, Cheikh Diop signale que « face à toutes ces revendications, le chef de l’Etat n’a rien trouvé de mieux que dire pratiquement qu’il ne peut rien faire. Nous pensons que ceci n’est pas acceptable au cours d’une cérémonie de 1er mai. »

Déjà, indique le syndicaliste : « Nous avons pris l’engagement d’aller rencontrer toutes les organisations syndicales non affiliées. Au terme de ces contacts, nous allons proposer aux travailleurs un plan d’action à mettre en œuvre. »

Vous pouvez réagir à cet article